fbpx

La longue carrière de Batman lui a permis de croiser de nombreux auteurs mettant leurs talents au service de ses aventures. Dans les années 1970, plusieurs scénaristes contribuent à développer le mythe du protecteur de Gotham City. Len Wein compte parmi les plus importants.

Scénariste et responsable éditorial, Len WEIN a profondément marqué l’univers des super-héros américain. Ayant travaillé pour les deux plus grands éditeurs, mais également pour la télévision, il demeure aujourd’hui l’une des figures importantes de l’histoire du genre.

Ancien fan passé professionnel

Né le 12 juin 1948, Leonard Norman WEIN est un grand lecteur de bandes dessinées, une passion qui voit le jour lors d’une hospitalisation à l’âge de sept ans. Il s’investit dans le fanzinat avec son ami Marv WOLFMAN, et les deux jeunes gens participent régulièrement aux journées durant lesquelles DC Comics ouvre ses portes aux lecteurs. Faisant preuve d’un certain talent pour le dessin, le jeune « Len » préfère cependant se concentrer sur l’écriture. WOLFMAN et WEIN soumettent des idées de scénarios aux responsables éditoriaux de l’époque. Le premier à leur donner une chance, c’est Joe ORLANDO. Grâce à lui, WEIN signe son premier récit professionnel dans les pages de Teen Titans #18, daté de décembre 1968.

Dès lors, le jeune scénariste multiplie les scripts, pour DC, mais aussi Skywald Publications, Gold Key Comics ou encore Marvel. C’est l’occasion pour lui de se frotter à tous les genres puisqu’il écrit des récits d’amour, d’horreur ou de western, et se livre au périlleux exercice de l’adaptation de séries télévisuelles.

Dans la première moitié des années 1970, il travaille pour tous les éditeurs en même temps. Chez Marvel, il signe des épisodes remarqués sur des séries aussi importantes qu’Amazing Spider-Man, Thor, Hulk ou Fantastic Four. Il participe au lancement de la nouvelle série X-Men et occupe même le poste de rédacteur en chef, succédant ainsi à Roy THOMAS. Il exerce les fonctions de scénariste et de responsable éditorial, des compétences qu’il mettra à profit lors de ses passages chez DC.

Sa pierre à l’édifice

S’il a abandonné le dessin au profit de l’écriture, Len WEIN dispose d’un sens du visuel fort utile dans l’écriture de ses scripts. C’est ainsi que de nombreux dessinateurs, Irv NOVICK en tête, apprécient beaucoup ses scénarios que les descriptions précises rendent très faciles à illustrer. Dans le même ordre d’idée, WEIN apporte un soin minutieux à la façon dont ses personnages parlent, variant les niveaux de langue et les vocabulaires propres à chacun. Roy THOMAS apprécie sa capacité à restituer par écrit les accents des protagonistes.

Wein rédige de nombreuses aventures de la Ligue de Justice, développant le rôle de Red Tornado dans plusieurs sagas de Justice League of America (à découvrir dans Crisis Compagnon). Quand il écrit l’histoire principale de The House of Secrets #92, daté de juillet 1971, il ne sait sans doute pas qu’il met en scène, pour la première fois, un personnage historique. En effet, il s’agit de l’apparition de la Créature des Marais, illustrée par Bernie WRIGHTSON. Durant cette période, WEIN livre quelques histoires occasionnelles de Batman, un personnage qu’il retrouvera de manière durable en 1978.

Au fil des ans, s’il continue à rédiger les scénarios de Green Lantern ou Action Comics, il se consacre avant autant d’énergie à la supervision éditoriale, recrutant des auteurs importants, parmi lesquels ALAN MOORE, dont il a repéré le travail dans des parutions britanniques. La légende raconte que ce dernier, croyant être victime d’une blague téléphonique, a raccroché au nez de WEIN. Heureusement pour les lecteurs, au second coup de fil, il accepte la proposition de son correspondant, et reprend le scénario de Saga of the Swamp Thing. WEIN supervise des titres mensuels tels que The New Teen Titans écrit par Marv WOLFMAN, mais aussi des mini-séries aussi importantes que Camelot 3000 de Mike W. BARR et Brian BOLLAND ou Watchmen d’Alan MOORE et Dave GIBBONS.

En 1986, WEIN contribue au lancement d’une série Blue Beetle, puis signe les dialogues de Legends (voir La Légende de Darkseid), ainsi que de la nouvelle mouture de Wonder Woman (voir Wonder Woman : Dieux et mortels, deux tomes, collection « DC Essentiels »).

Au début des années 1990, Len WEIN devient rédacteur en chef de Disney Comics, avant de se consacrer à l’écriture de dessins animés, travaillant sur des séries telles que Phantom 2040 ou Ben 10. Néanmoins, il continue à livrer des scénarios de bandes dessinées, avec DC Universe: Legacies, dessiné par José Luis GARCIA-LÓPEZ, Before Watchmen: Ozymandias, illustré par Jae LEE, ou encore l’adaptation d’un script de Harlan ELLISON, publiée dans la série Batman ’66 (à lire dans Batman Univers Hors-Série #1). Suite à des complications cardiaques, Len WEIN décède le 10 septembre 2017.

À Gotham City

S’il signe sa première histoire du Chevalier Noir dès Detective Comics #408, daté de février 1971, il faudra attendre presque huit ans pour que Len WEIN s’empare des rênes d’une des séries consacrées au héros. Invité à reprendre Detective Comics en 1978, il succède à Steve ENGLEHART (voir Batman : Dark Detective), mais ne rédige que deux aventures avant de s’occuper de l’autre série. Dès son premier épisode, dans Batman #307, il met en scène un nouveau personnage, Lucius Fox, homme d’affaires et bras droit de Bruce Wayne. Au fil des récits, il s’intéresse à la relation entre Batman et Catwoman. Dans Batman #321, il livre un épisode palpitant consacré au Joker et illustré par Walt SIMONSON (à découvrir dans Joker Anthologie).

À ces occasions, WEIN ne manque pas de faire le portrait d’un héros dont la mission de justice exerce une pression insoutenable. Il le montre souvent fragile, à fleur de peau, au bord de la dépression. Un thème semble se dégager : la folie, sujet déjà abordé dans de nombreux récits du scénariste. C’est ainsi que les deux derniers épisodes qu’il écrit, dans Batman #326 et 327, montrent le justicier aux prises avec l’inquiétant Professeur Milo. Ce dernier a pris le contrôle de l’Asile d’Arkham, a drogué le héros et lui a fait enfiler une camisole de force. Folie et hallucinations sont au sommaire de ce diptyque représentatif du travail de Len WEIN.

Les trois récits présents dans Batman – Récit complet 6 évoquent cette dimension cachée du héros. À chaque fois, le voici confronté à l’inexplicable déjouant ses talents d’enquêteur, à la douleur et au deuil liés à des souvenirs intimes, et parfois à tout cela en même temps. Perdant pied, Batman apprend à surmonter l’épreuve et sort grandi, prêt à reprendre sa croisade sans fin.

recit-complet-batman-6

Hommage à Len Wein Scénariste et responsable éditorial renommé, Len WEIN a écrit certains des chapitres les plus marquants de la carrière de Batman, s’imposant comme l’un des promoteurs les plus importants du personnage durant les années 1970 et 1980.

Au détour de plusieurs récits emblématiques, dans lesquels le Chevalier Noir affronte Talia al Ghul, Gueule d’Argile ou les fantômes de son passé, le scénariste nous propose de redécouvrir le Détective de la Nuit qui, sous ses allures imperturbables, nous apparaît plus fragile et plus humain que jamais. Trois aventures mémorables, par Len WEIN, Jim APARO, Ernie CHUA, Marshall ROGERS et John BYRNE.

Découvrir

Plus d'articles