fbpx

Préface du tome 1 de Human Target. 

Apparu pour la première fois dans les pages de Detective  Comics #201 (1953), le concept de la Cible Humaine («Human  Target» en anglais) intervient dans une aventure de Batman réalisée par Edmond HAMILTON et Sheldon MOLDOFF.

Fred Venable, premier Human Target historique, introduisait  alors le principe qui ne varierait plus jusqu’à ses dernières  incarnations : celui d’un garde du corps passé maître dans  l’art du déguisement, payé pour incarner un client menacé  de mort.
Après une deuxième apparition dans Gang Busters #61  (1957) sous les traits du détective Perry, le personnage  de Human Target est repris par Len WEIN et Carmine  INFANTINO dans les pages d’Action Comics #419, en 1972. Christopher Chance, troisième incarnation de ce concept  de cible humaine, apparaît alors une quinzaine de fois  en 10 ans de publication, principalement en back-up d’Action Comics ou de Detective Comics.

Conséquence de cette exposition limitée à 8 pages, les  auteurs n’ont pu véritablement développer l’univers de  Christopher Chance, condamnant le héros à être réduit au  concept de «personnage jetable» sans réelle continuité,  usant d’une identité à chaque mission. C’est pourtant cette  particularité du personnage qui retint par deux fois l’attention des producteurs de télévision, qui développèrent en 1993  et 2010 deux séries librement adaptées de Human Target. Entretemps, avec la vague de reprises de personnages DC  sous le label Vertigo, initiée par l’éditeur Axel ALONSO,  Peter MILLIGAN se voit proposer Human Target à la fin des années 1990. Si on observe un changement radical dans l’approche des personnages, propre au ton plus mature  et réaliste de Vertigo, l’intention reste néanmoins de conserver  l’ancienne continuité, à l’image des reprises de The Unknown Soldier par Garth ENNIS et Kilian PLUNKETT, ou encore  Jonny Double de Brian AZZARELLO et Eduardo RISSO.

Page blanche propice à une introspection poussée,  le personnage de Christopher Chance devient pour Peter  MILLIGAN l’occasion de confronter le concept original  du héros à ses propres limites. Après avoir incarné de  trop nombreuses identités, comment Chance peut-il  conserver les repères qui le définissent en tant qu’individu ?  Avec un réalisme psychologique poussé et une solide documentation sur chacune des identités incarnées,  le scénariste britannique explore un vaste éventail de sujets  (la religion, la violence urbaine, la maltraitance des enfants,  Hollywood, le traumatisme du 11 Septembre, etc.),  tout en poussant un peu plus loin son personnage vers la perte de sa propre santé mentale, contrastant  avec l’assurance apparente qu’il dégage.

Au-delà, MILLIGAN propose également une analyse de son  propre rapport à l’écriture, de la capacité d’un scénariste  à pouvoir se projeter dans la vie et les pensées des  personnages qu’il anime.

« Human Target traite  principalement de notre rapport à l’identité, confie-t-il.  Qui suis-je ? Pourquoi suis-je qui je suis ? Serais-je capable  de me faire passer pour quelqu’un d’autre ? Pour moi,  cette série est rapidement devenue un miroir et une étude  sur mon rapport à l’écriture et au processus créatif. » 

Riche des qualités d’un scénariste exceptionnel, la série  Human Target vous est proposée dans une édition  intégrale en deux tomes rassemblant la première mini-série  de quatre numéros, brillamment illustrée par le regretté  Edvin BIUKOVI , suivie du récit « Final Cut » dessiné par  Javier PULIDO, ainsi que de la série régulière de 21 épisodes,  dessinée successivement par PULIDO et Cliff CHIANG. Bienvenue sous le soleil californien, un monde où l’apparence  fait loi, car, pour un faussaire d’identité, quel meilleur  endroit qu’Hollywood pour débuter une nouvelle carrière ?

Plus d'articles