fbpx

Depuis 1996, un groupe de justicières défraie la chronique. Opérant d’abord à Gotham City avant de déménager à Metropolis puis à Platinum Flats, cette équipe, fondée par Oracle et Black Canary, a imposé un nouveau modèle de groupe de super-héros : une force entièrement féminine.

Les Birds of Prey constituent une initiative orchestrée par deux femmes, Oracle et Black Canary. Derrière leur alliance, au départ purement fonctionnelle mais débouchant bientôt sur une solide amitié, on trouve deux histoires édifiantes.

 

Deux destins

Black Canary est en réalité Dinah Lance, fille de la première tenante du titre et ancienne membre de la Société de Justice d’Amérique. Dans Justice League of America #74 (par Denny O’NEIL et Dick DILLIN), daté de septembre 1969, Dinah Lance dévoile son identité. Dans la foulée, elle rejoint Terre-1 et entame avec Green Arrow une relation passionnée mais houleuse. Leur couple subit une épreuve douloureuse à l’occasion de Green Arrow: Longbow Hunters (août à octobre 1987), mini-série de Mike GRELL durant laquelle Dinah est violemment torturée, perdant du même coup ses pouvoirs soniques. Personnage important de la série Green Arrow lancée dans la foulée par Mike GRELL et Ed HANNIGAN, elle opère épisodiquement sous son costume de justicière, ne recourant désormais qu’à ses talents d’artiste martiale. Son parcours est celui d’une femme en lente reconstruction.

C’est le cas également de Barbara Gordon. La célèbre fille du Commissaire Gordon fait son apparition sous le masque de Batgirl dans Detective Comics #359 (daté de janvier 1967), par Gardner FOX et Carmine INFANTINO (voir Batman Anthologie). La jeune femme a droit à de nombreuses aventures en solo (notamment dans Batman Family), durant lesquelles l’ancienne bibliothécaire va jusqu’à briguer un siège au Congrès. Alors qu’elle prend sa retraite de justicière en 1987 dans Batgirl Special #1 (par Barbara KESEL et Barry KITSON, sous couverture de Mike MIGNOLA), Barbara a le malheur de croiser le chemin du Joker qui, afin de faire souffrir son policier de père, tire sur elle avant de prendre des photos de son agonie (Batman: The Killing Joke, par Alan MOORE et Brian BOLLAND, 1988). La balle se loge dans le dos de Barbara, qui se retrouve paralysée et clouée sur une chaise roulante.

L’année suivante, une mystérieuse éminence informatique fait ses débuts dans Suicide Squad #23, écrit par John OSTRANDER. Le hacker se fait appeler Oracle et sert d’informateur au groupe de super-vilains supervisé par Amanda Waller. Dans Suicide Squad #38, en 1990, les lecteurs découvrent que Barbara Gordon se cache sous l’identité d’Oracle.

C’est dans les pages de Batman Chronicles #9, paru à l’été 1996, que John OSTRANDER et Kim YALE au scénario et Brian STELFREEZE au dessin racontent comment Barbara, loin de se laisser aller à la dépression, s’entraîne auprès du maître ès arts martiaux Richard Dragon, redonnant un sens à sa vie en se consacrant à l’informatique et en créant l’identité d’Oracle.

 

 

Les Oiseaux de Proie

La même année paraît Black Canary & Oracle: Birds of Prey, un one-shot réalisé par Chuck DIXON et Gary FRANK, dans lequel Oracle recrute à distance Dinah pour une mission dangereuse. Suivra Revolution, un autre épisode par Chuck DIXON et Stefano RAFFAELE, où Black Canary part sur l’île de Santa Prisca. Pour l’heure, les deux femmes travaillent en tandem et à distance. Les choses changent dans la mini-série Manhunt (lancée en septembre 1996 par Chuck DIXON et Matt HALEY), où Oracle recrute deux autres héroïnes aux méthodes frôlant l’illégalité, Catwoman et Huntress. Durant tout ce temps, le scénariste s’attache à créer un monde autour de l’équipe embryonnaire, y compris de nombreuses ennemies, parmi lesquelles Lynx, Spellbinder ou, plus tard, les Ravens.

Cependant, il prend le temps d’évoquer le rôle des femmes et des handicapés dans la société. Le récit Wolves, dessiné par Dick GIRODANO, confronte séparément les deux femmes à des prédateurs sexuels. Avec de tels récits, DIXON brosse le portrait de femmes, dont une handicapée, qui ne sont pas des victimes, dans une atmosphère de résilience très progressiste.

C’est en toute logique qu’il occupe le poste de scénariste de la série consacrée aux Oiseaux de Proie, daté de janvier 1999, qui servira d’inspiration à une adaptation télévisée en 2002. Prêtant son talent pour les récits d’action et les portraits pétris d’humanité, il est accompagné par Greg LAND puis Jackson GUICE. L’un des moments forts de la prestation de DIXON demeure Birds of Prey #8, daté d’août 1999 : dans « On Wings », Dick Grayson, alias Nightwing, offre à Barbara, pourtant handicapée, un tour en trapèze. Cet épisode d’une grande émotion constitue l’un des moments forts de la relation amoureuse que le scénariste tisse entre les deux personnages.


birds3

 

De femme à femme

Après un intermède fourni par Terry MOORE et Gilbert HERNANDEZ, la scénariste Gail SIMONE reprend les rênes de la série avec le numéro 56. Son nom restera attaché à celui des Oiseaux de Proie et de Barbara Gordon. Elle bouleverse le statu quo, opposant Barbara à Savant, un homme qui la défie sur le terrain de l’intellect, faisant se rencontrer les deux fondatrices du groupe dans Birds of Prey #65, revenant sur les aventures de la mère de Dinah en tant que première Black Canary, ou élargissant le groupe, qui accueille notamment Lady Blackhawk. Cette dernière propose d’officialiser leur nom, mais ses équipières ne sont pas enthousiasmées à l’idée de s’appeler les « Oiseaux de Proie ».

L’une des intrigues proposées par Gail SIMONE consiste à infecter Barbara d’un virus Brainiac, et de laisser entendre qu’elle pourrait ainsi retrouver l’usage de ses jambes, nouvelle qui agita à l’époque le petit monde des lecteurs.

Sous l’impulsion de la scénariste, l’équipe accueille de nombreuses héroïnes, devenant une force féminine impressionnante, surtout quand Big Barda est dans leurs rangs. Gail SIMONE sera par la suite remplacée par Sean McKEEVER et Tony BEDARD, qui accompagnera la première série jusqu’à son dernier numéro.

brids2

C’est néanmoins Gail SIMONE qui lancera la deuxième série dans la foulée du cross-over Brightest Day. Les nouvelles Faucon et Colombe rejoindront cette équipe pour une série de quatorze numéros. Fin 2011, au même titre que le reste du catalogue, Birds of Prey est relancé au numéro 1, sous l’égide du scénariste Dwayne SWIERCZYNSKI. La nouvelle équipe comprend Poison Ivy, qui finira par trahir ses équipières et sera remplacée par Katana.

En revanche, dans cette nouvelle continuité, Barbara Gordon ne fait pas partie du groupe. Elle a entre-temps recouvré l’usage de ses jambes et repris sa carrière de Batgirl. Cependant, elle entretient des relations régulières avec le groupe, notamment Black Canary, auprès de qui elle s’est entraînée (voir Batman Saga #7) et cherche régulièrement conseil.

Plus d'articles