Afin de célébrer l’arrivée en fanfare du plus célèbre des Gardiens dans le magazine Before Watchmen, découvrez de quel personnage se sont inspirés Alan MOORE et Dave GIBBONS pour le fameux Rorschach. En effet, dans les années 1960, un autre justicier masqué, au visage entièrement dissimulé et vêtu d’un complet-veston, faisait régner la terreur au sein de la pègre. Son surnom était aussi énigmatique que son apparence et ses méthodes aussi coriaces qu’efficaces. Héros d’une série éphémère chez Charlton, il revint faire plusieurs apparitions dans l’univers de DC Comics. Il s’appelait… La Question.

En juin 1967, Charlton Comics, sous l’impulsion du directeur éditorial Dick GIORDANO, lance, dans le cadre de son programme « Action Heroes », un nouveau magazine mettant en scène la version rajeunie du justicier, le Blue Beetle. Le scénariste-dessinateur Steve DITKO va y adjoindre en bande de complément, une création de son cru : la Question. Ce dernier est un journaliste de télévision appelé Vic Sage menant une série de reportages sur la corruption des édiles de sa ville. Si le propriétaire est de son côté, le comité de direction craint le retrait des annonceurs et demande à ce que Sage soit licencié. Heureusement, le journaliste est également la Question, un justicier dissimulant son visage sous un  masque conçu par le professeur Rodor, et disposant également d’un gaz modifiant la couleur de ses vêtements et de ses cheveux. Incognito, la Question amasse les preuves nécessaires à Vic Sage. Tout du long de son passage sur le personnage, Steve DITKO – qui anime dans des comics indépendants naissants, une création du même acabit : Mr. A – va utiliser ce justicier anonyme comme le Vic Sage est en effet un individualiste incorruptible que seule la vérité anime. Dans Blue Beetle #5 (mai 1968), Steve DITKO orchestrera même la rencontre des deux héros, sous leurs identités secrètes, unis face à un critique d’art aux antipodes des convictions de l’auteur. Après un unique numéro de son propre magazine, Mysterious Suspense (1968), un récit réalisé par Michael USLAN et Alex TOTH pour le fanzine Charlton Bullseye (#5, 1971), et une reprise avortée chez AC Comics, le personnage est acquis par DC Comics, en 1983. Ainsi, la Question fait une apparition furtive dans Crisis on Infinite Earths de Marv WOLFMAN et George PEREZ puis reçoit son propre mensuel, en 1987, dessiné en grande partie par Denys COWAN, et intégralement écrit par le légendaire Dennis O’NEIL.

watchmen

La série mensuelle de La Question dans les années 1980 tendait un reflet déformant de l’Amérique post-Reagan. (Couverture de Denys COWAN et Bill SIENKIEWICZ pour The Question #14, 1988)

Ce dernier va opter pour une remise en question du héros, abattu par Lady Shiva dans son premier numéro et jeté dans le port d’Hub City. Ressuscité de justesse dans le numéro suivant, Vic Sage va désormais consacrer son existence en sursis à maîtriser sa colère intérieure, menant une quête de sens en étudiant diverses philosophies et croyances. Le professeur Rodor devient ainsi un mentor, père de substitution pour l’orphelin qu’est Vic Sage, élevé en école privée catholique. Au cours de la série, la Question mènera une romance avec Myra, une ancienne collègue lancée dans la politique et future maire de la ville. Mais Hub City se trouve être au-delà du rachat et le dernier numéro (#36, 1990) verra Vic quitter la ville. La Question connaîtra ainsi sa seconde éclipse avant de ressurgir sous la plume d’un admirateur de la précédente série, devenu romancier puis scénariste de comics : Greg RUCKA. Ce dernier va d’abord faire de Vic Sage un partenaire potentiel  pour Huntress, la justicière ambigüe qui évolue à Gotham City, sous l’oeil méfiant de Batman.

watchmen

Dennis O’NEIL et Denys COWAN donnent un coup de chapeau à Watchmen dans le numéro 17 de The Question (1988).

Dans Batman/ Huntress : Cry for Blood (2000), Greg RUCKA et Rick BURCHETT y dépeignent un Vic Sage plus zen mais aussi plus pince-sans-rire que celui d’O’NEIL. Ce rôle de mentor, Vic Sage va le reprendre, toujours sous la responsabilité de Greg RUCKA dans 52 (2006-2007), qu’il co-écrit avec Mark WAID, Grant MORRISON et Geoff JOHNS, mais cette fois-ci, s’occupera d’une autre forte tête, le détective Renée Montoya, récemment renvoyée de la police de Gotham. En réalité, Vic cherche à former une remplaçante, ayant récemment appris qu’il était atteint d’un cancer incurable. La séquence, extrêmement poignante, rendra hommage à la série de Dennis O’NEIL, Greg RUCKA citant ouvertement des dialogues de celle-ci. Par la suite, la nouvelle Question sera la vedette de la série Crime Bible : Five Lessons of Blood, ainsi que la bande de complément dans Detective Comics #854 à 865, dessinée par Cully HAMNER. Cette série était réalisée en parallèle des aventures de Batwoman, autre justicière animée par Greg RUCKA (voir Batwoman Tome 0), et qui se trouvait être l’ancienne amante de Renée. En parallèle, Renée Montoya interviendra   également dans Final Crisis de Grant MORRISON, le scénariste reliant astucieusement la Question aux dirigeants sans visage de l’Agence Planétaire pour la Paix, tirée des OMAC de Jack KIRBY.

watchmen

Couverture pour Before Watchmen, pour la mini série du Spectre Soyeux.

Enfin, après la Renaissance, la Question devient le membre le plus mystérieux de la Trilogie du Pêché aperçue dans les différents titres, et comprenant Pandora et le Phantom Stranger. La fascination qu’évoque le personnage pour les auteurs, est visible dans les multiples avatars sous lesquels il est apparu. On peut également citer la mini-série de 2005, écrite par Rick VIETCH et dessinée par Tommy Lee EDWARDS, située à Metropolis, et qui en faisait un « Shaman » des grandes villes, et son apparition dans le dessin animé La Ligue des Justiciers. Doublé par Jeffrey COMBS (Re-Animator, 1985), il y est dépeint comme un enquêteur paranoïaque partisan des théories du complot. Qui aurait cru qu’un justicier au visage si énigmatique connaitrait tant de vies et tant de personnalités ?

Plus d'articles