fbpx

Flèche brisée : une expression militaire désignant la perte stratégique d’un objet d’importance, qui a également servi par deux fois comme titre de flm ; en 1957 pour un western pro-indien de Delmer DAVES, et en 1996 pour un flm d’action explosif de John WOO. C’est en jouant sur l’évocation des références de ces termes que Jeff LEMIRE et Andrea SORRENTINO concluent en un dernier arc très court (trois parties) leur passage sur le titre GREEN ARROW.

greenarrow2

Ainsi, les auteurs opposent à l’archer de la Ligue de Justice son plus grand défi, achevant la modernisation du héros entamée avec la découverte de ses réelles origines. Ayant vu sa société détruite par les agissements du terrifiant Komodo, et accusé à tort du meurtre de son collègue, Emerson, Oliver Queen s’est au départ réfugié en Arizona, où le mystérieux aveugle Magus lui a révélé que son père, Robert Queen, était parti à la recherche de la flèche verte, le totem permettant de rejoindre le clan de la flèche des Outsiders : un culte de justiciers séparé en différents groupes symbolisant chacun une arme. Plus tard, dans le petit pays d’Europe de l’Est du Vlatava, Oliver aide l’ancienne compagne de son père, Shado, à s’évader et retrouver Emiko, la demi-sœur d’Oliver, élevée depuis sa plus tendre enfance par Komodo. Après avoir défait son geôlier, le Comte Vertigo, Green Arrow se met en tête de réunir les Outsiders et de revenir sur ses propres traces : l’île où il fut naufragé pendant des années. Là, il comprend que son père lui avait tendu un piège afin de l’endurcir et d’en faire son héritier légitime. Désormais à même de diriger le clan de la flèche, Oliver choisit néanmoins de refuser le poste et repart pour Seattle, proposant au passage d’élever Emiko, si elle le désire.

greenarrow5

 

Le parcours d’Oliver Queen au cours de la quinzaine de numéros que lui consacrèrent LEMIRE et SORRENTINO renoue en effet avec les étapes classiques du voyage du héros : remise en cause des figures d’autorité et parentales (il ne retrouve son père disparu que pour le perdre à nouveau) ; confrontation avec un double négatif (Komodo est en réalité Simon Lacroix, le protégé déchu de Robert Queen, dont il kidnappe et enferme la deuxième femme, Shado) ; test de sa volonté individuelle face au poids de la collectivité (les Outsiders qui délivrent une justice expéditive et finissent par être aussi corrompus que ceux qu’ils combattaient) ; et enfin, l’épreuve ultime, prophétisée par le dragon à trois têtes rencontré au cours d’une vision chamanique.

greenarrow4

 

Après Komodo et Shado (dont le tatouage reprend le motif de l’animal), c’est donc Richard Dragon qui se tient comme le dernier obstacle à franchir pour Oliver afin d’incarner définitivement le sauveur de la ville qu’il désire tant devenir. Deux récits vous sont également proposés, en ouverture et fermeture d’album, comme deux parenthèses : une au passé, revient sur les origines du héros, et une autre, située cinq ans dans l’avenir, est reliée à la série FUTURES END (coll. DC Renaissance). Une manière pour les auteurs de délimiter le destin de leur héros et de lui faire atteindre d’un tir groupé le statut de légende.

greenarrow1

 

greenarrowtome3

Découvrir Green Arrow

Après un combat éprouvant contre les Outsiders, qui lui révéla le secret de ses origines, Oliver Queen revient à Seattle pour découvrir sa cité assiégée par les gangs et les super-vilains menés par l’implacable Richard Dragon. Diggle, Fyff et Naomi seront-ils de taille à l’épauler face à ce défi en apparence insurmontable ? Ou bien Green Arrow va-t-il enfin rencontrer son maître et s’avouer vaincu ?

Plus d'articles