fbpx

Depuis deux semaines nous vous donnons rendez-vous chaque mercredi pour un dossier spécial sur la constitution du mythe de Batman. Après un focus sur la création du mythe, puis un dossier sur la mort de ses parents et comment cet événement le marquera à jamais, aujourd’hui nous vous proposons un dossier sur sur le Manoir Wayne, tout en essayant de creuser la part psychologique du personnage.

Batman héritier du manoir Wayne

Le Manoir Wayne est le lieu où le jeune Bruce a été élevé par son majordome, Alfred Pennyworth. C’est en tout cas l’histoire officielle telle qu’a elle a été révisée à partir des années 1980. Auparavant, Bruce passe par un tuteur et Alfred n’arrive à son service qu’à l’âge adulte, alors que Batman et Robin sont déjà actifs. Le manoir est également le lieu où l’on trouve les tableaux représentant les différents ancêtres de la famille Wayne, tous liés à la légende de Batman, comme l’a signifié le scénariste Grant MORRISON. Dans les années 1970, Bruce et Alfred quittent un temps le manoir pour un penthouse situé en centre-ville : cette « garçonnière » permet à Batman d’être au coeur de la ville qu’il défend et de consacrer plus de temps à la Fondation Wayne, l’organisation caritative héritée de ses parents.

Les fantômes du passé

Le manoir abrite les vestiges de la famille Wayne et notamment les nombreux portraits des ancêtres de Bruce. Au fil des décennies, la description du lieu s’est développée et celui-ci a gagné en stature : c’est désormais une imposante bâtisse, une propriété comparable au Xanadu du Citizen Kane d’Orson WELLES (1941). Loin d’être une simple résidence, elle symbolise la démesure du deuil du héros : les portraits de ses parents se font de plus en plus gigantesques, comme les pièces innombrables du manoir, et des salles secrètes y sont même encore dissimulées, inconnues même de Dick, Damian et Alfred. Dans THE DARK KNIGHT RETURNS de Frank MILLER, c’est le dernier lieu à tomber, volontairement incendié par Alfred afin de cacher les secrets de Bruce Wayne, tandis que ce dernier maquille son décès et « renaît » au sein même de sa Batcave. Le manoir est donc le dernier lien entre l’orphelin devenu justicier et sa famille, même si sa véritable demeure est désormais la cave, révélatrice de son évolution en tant qu’homme.

Alfred du majordome au père de substitution

Alfred, le majordome dévoué de Bruce Wayne, arrive au manoir dans le numéro 16 de Batman, en avril-mai 1943. Son épisode d’introduction est écrit par Don CAMERON et dessiné par Bob KANE et Jerry ROBINSON, qui présentent le ventripotent serviteur comme le fils de l’ancien valet des Wayne, désireux de reprendre le flambeau. Mais Alfred est également un acteur de théâtre et un détective amateur. C’est d’ailleurs en tentant d’échapper à deux voleurs qu’il découvre le secret de la double-identité de son nouvel employeur. Bruce décide alors de garder ce majordome et accompagnés de Robin, ils vont désormais livrer ensemble leur guerre au crime.
Peu de temps après cet épisode débute le premier serial de Batman : ce feuilleton diffusé au cinéma est la première adaptation filmée des aventures du héros, et Alfred fait partie de la distribution. Or, celui-ci n’a pas les traits rondouillards du personnage croqué par KANE et ROBINSON : il est svelte et porte une fine moustache. Dès lors, décision est prise pour les auteurs de la bande dessinée de calquer le physique d’Alfred sur son interprète, William AUSTIN. Un épisode qui le voit s’amincir (DETECTIVE COMICS #83 de janvier 1944) sert d’explication à la « métamorphose » du personnage. Par la suite, de 1944 à 1945, Alfred aura droit à sa propre série, principalement dessinée par Jerry ROBINSON, dans les pages du mensuel Batman.

Dans les années 1970, le passé d’Alfred est réétudié : il a ainsi participé à la Seconde Guerre mondiale et a une fille, Julia Pennyworth, qu’il a eue avec une résistante française et qui vient vivre à Gotham. Avec THE DARK KNIGHT RETURNS, Frank MILLER établit qu’Alfred a élevé Bruce et était donc au service des Wayne au moment de leur décès. C’est cette version qui demeure encore aujourd’hui officielle, même si le passé du majordome se fait plus complexe avec le temps. Les lecteurs apprennent ainsi qu’il était un ancien membre des Services secrets britanniques, et que cet entraînement lui a bien servi aux côtés de Bruce devenu le justicier de Gotham. Récemment, Julia Pennyworth a fait une réapparition dans les pages des comic books. C’est un ancien membre des SAS, et elle épaule désormais Batwoman. Comme de nombreux personnages secondaires évoluant avec les périodes, Alfred a été tout à la fois un comparse comique et cliché et un personnage à la forte charge symbolique, parfois père de substitution du héros.

Découvrir Batman

Envie de commencer les comics ? Nous avons selectionner quelques séries et récits complets parfait pour découvrir le monde du chevalier noir !

Découvrir

 

 

Plus d'articles