fbpx

Dans l’univers DC, il existe plusieurs mondes parallèles dans lesquels évoluent différents groupes de héros. Si la plupart d’entre eux vivent sur ce qu’il convient d’appeler « Terre-1 », certains existent sur un monde alternatif, baptisé « Terre-2 ». Le scénariste James Robinson se charge de nous faire découvrir cette autre Terre dans une série où, contrairement aux apparences, tout reste à découvrir. La série Earth-2 a démarré en juillet 2011, cependant, la répartition de l’univers DC entre Terre-1 et Terre-2 (pour ne citer que ces deux versions de notre chère planète) n’est pas une idée nouvelle. L’exploration de cet autre univers remonte à Flash #123, de septembre 1961. Et d’une certaine manière, à bien plus loin encore…

 

Alan Scott et Hal Jordan se retrouvent pour affronter Krona. Extrait de Green Lantern #40, dans DC Comics Anthologie (dessin de Gil KANE).

 

Plusieurs âges

Les univers de super-héros ont connu plusieurs Âges. Il est de coutume d’évoquer la période de la guerre, allant de l’apparition de Superman dans Action Comics #1 de juin 1938, à l’après-guerre, sous le terme de « l’Âge d’Or ». C’est effectivement la période qui a vu la naissance de la première génération de super-héros. Chez DC, cela concerne Superman, Batman, Wonder Woman, les premiers Flash (Jay Garrick) et Green Lantern (Alan Scott), le premier Atom, Johnny Quick, la première Black Canary, et d’innombrables autres.

Les super-héros ont connu un creux de la vague dans la décennie qui a suivi la fin du conflit mondial. Souvent considérés par les éditeurs comme liés à la guerre, les super-héros sont perçus par les responsables éditoriaux comme des personnages bellicistes, et en ces temps de paix où les lecteurs préfèrent songer à la reconstruction, sont écartés des sommaires. Ils connaissent un déclin de popularité qui s’accompagne de l’émergence d’autres genres, comme le « teen humor » (la série Archie en tête), le « funny animals » (des animaux humoristiques qui parlent), le western, le polar, la romance ou l’horreur. La plupart des héros disparaissent des publications ou sont relégués à des histoires courtes en fin de sommaire, les back-ups. Seuls  Superman, Wonder Woman, Batman et le super-aviateur Blackhawk continuent à paraître tous les mois sans discontinuer jusque dans les années 1960.

Dans Showcase #4, de septembre 1956, SCHWARTZ lance un nouveau Flash. Il s’appelle Barry Allen, il porte un costume rouge comme l’ancien Flash, mais au design différent, et partage les mêmes pouvoirs. Cependant, c’est un nouveau héros. La formule semble fonctionner, puisque Flash reviendra dans Showcase à trois reprises avant d’avoir droit à sa propre série.

Puisque l’idée de créer un héros qui reprend les pouvoirs et le nom de code d’un prédécesseur semble fonctionner, SCHWARTZ appliquera le principe à Green Lantern ou Atom, qui feront eux aussi leurs débuts dans Showcase, accompagnés de nouveaux personnages comme les Challengers de l’Inconnu ou Adam Strange. Avec cette nouvelle génération de héros débute ce que l’on appelle désormais « l’Âge d’Argent »,  qui traditionnellement est délimité par la création du second Flash en 1956 et par la fin des années 1960.

 

Barry Allen rencontre Jay et Joan Garrick pour la première fois. Extrait de Flash #123, dans DC Comics Anthologie (dessin de Carmine INFANTINO).

 

Deux mondes

Cependant, au bout d’un certain temps, une question s’impose aux auteurs. Où est passé l’ancien Flash ? SCHWARTZ, aidé par le scénariste Gardner FOX, propose une idée. Dans Flash #123 (septembre 1961), Barry Allen franchit une barrière dimensionnelle et se retrouve dans un autre monde, qui ressemble étrangement au sien. Là-bas, il rencontre Jay Garrick (le premier Flash). Il découvre alors que celui qu’il prenait pour un personnage de fiction dont il lisait les aventures en bande dessinée existe bel et bien. Il sera expliqué plus tard que certains hommes (notamment des scénaristes de BD) reçoivent des ondes en provenance de Terres parallèles, qu’ils interprètent comme des idées et retranscrivent dans leurs récits.

C’est ainsi que, de fil en aiguille, d’autres personnages rencontrent leurs homonymes sur Terre-2. Cela a plusieurs avantages pour l’éditeur : d’une part, il peut faire évoluer de vieux personnages créés au début des années 1940. D’autre part, en les faisant agir sur Terre-2, il évite qu’ils ne se bousculent avec les autres tenants du titre.  Ironie du sort, comme le monde où évoluent les héros de l’Âge d’Argent est considéré comme l’univers principal, il est baptisé « Terre-1 ». Les héros de l’Âge d’Or, pourtant présents depuis plus longtemps, sont placés sur « Terre-2 ». La rencontre entre les deux ensembles est officialisée dans Justice League of America #21-22 (août-septembre 1963), où la Ligue de Justice rencontre l’autre grand groupe, celui de Terre-2, la Société de Justice. Cette équipe est en quelque sorte leur inspiration, leur exemple.

Les deux épisodes s’intitulent respectivement « Crisis on Earth-One » et « Crisis on Earth-Two », et imposent le terme « Crise » pour marquer des rencontres au sommet entre personnages venus de dimensions diverses. Ces rencontres, d’ailleurs, sont rapidement transformées en événements annuels, et chaque été, les deux équipes se regroupent pour affronter des menaces cosmiques. Il y a donc une « Crise sur Terre-3 » dans Justice League of America #19 (août 1964), une « Crise sur Terre-A » (#38, septembre 1965), une « Super-Crisis » (#55, août 1967), une « Negative-Crisis » (#56, septembre 1967) ou une « Crise sur Terre-X » (#107, septembre 1973). Et ainsi de suite jusqu’à la « Crise des Terres Infinies » qui efface les mondes parallèles et ne laisse plus qu’une seule Terre, avec un seul espace-temps et une seule histoire, en 1986. Avec les différents cross-overs récents, dont Infinite Crisis, qui remet le concept des Terres multiples à l’ordre du jour, Final Crisis et Flashpoint (voir les trois numéros du magazine du même nom), il existe désormais à nouveau une Terre-2. Deux séries se chargent actuellement d’explorer ce monde alternatif, Earth-2 que nous vous proposons dans les pages de Green Lantern Saga, et Worlds’ Finest, qui raconte les aventures de Power Girl et Huntress, transfuges de Terre-2 et perdues sur Terre-1. Quant à la Terre-2, elle est peuplée de héros fort semblables à ceux que nous connaissons déjà. Mais à la suite d’un cataclysme planétaire, une génération de jeunes justiciers va reprendre le flambeau. Parmi eux, de jeunes Jay Garrick ou Alan Scott vont tenir la vedette…

Plus d'articles