fbpx

À côté des héros aux costumes colorés luttant pour la vérité et la justice, il y a d’autres justiciers, aux méthodes expéditives et travaillant avec réticence pour les agences gouvernementales. Ces durs-à-cuire constituent le programme de Suicide Squad Rebirth, un nouveau mensuel consacré aux anti‑heros de l’univers DC.

Le titre de la revue renvoie au groupe phare du sommaire. Les membres de la Force Spéciale X tiendront la vedette tous les mois, grâce à la série Suicide Squad menée tambour battant par Rob WILLIAMS et Jim LEE, ainsi qu’à divers numéros faisant la lumière sur ces repris de justice. Pour autant, les fans de la follement drôle Harley Quinn et de l’implacable Deathstroke, mercenaire surnommé « l’Exterminateur », ne seront pas en reste ! Ces deux personnages mémorables auront aussi leur place entre ces pages.REPRIS DE JUSTESSE

Qu’on l’appelle Force Spéciale X, Suicide Squad ou Escadron Suicide, l’équipe d’intervention fondée par Amanda Waller accepte des missions périlleuses, intervenant sur des théâtres d’opération où les super-héros n’agissent pas. Le commando est constitué de dangereux prisonniers acceptant de risquer leur vie en échange de remises de peine ou de conditions d’incarcération négociées. L’appellation « Escadron Suicide » désigne à l’origine une équipe de soldats spécialisés, dirigés par Rick Flag. Ce groupe apparaît dans The Brave and the Bold #25, date de septembre 1959, leurs aventures étant chroniquées par Robert KANIGHER et Ross ANDRU.

Le concept de l’Escadron évolue au milieu des années 1980, à l’occasion d’un crossover intitulé Legends (à lire dans La Légende de Darkseid, collection « DC Nemesis »). Le récit, écrit par John OSTRANDER, dialogué par Len WEIN et dessiné par John BYRNE, met en scène la tentative de conquête de la Terre par Darkseid. Amanda Waller réunit alors une équipe de super-vilains afin de maintenir une force de frappe en cas de crise. À l’occasion du troisième volet du cross-over, OSTRANDER présente le groupe de Waller, parmi lesquels on reconnaît Deadshot, Captain Boomerang ou encore l’Enchanteresse.John OSTRANDER devient dans la foulée le scénariste de la première série consacrée à la Force Spéciale X, qu’il animera pendant soixante-six épisodes (à découvrir dans Les Archives de la Suicide Squad, collection« DC Nemesis »). Parallèlement, il développera le personnage de Deadshot, conférant au tireur un passé familial douloureux. L’autre personnage essentiel de la version d’OSTRANDER demeure Amanda Waller. Capable de tenir tête à Batman, elle dirige son escadron d’une main de fer. Elle incarne une sorte de real politik brutale, dictée par les alliances, les guerres et l’argent. Avec Suicide Squad, le monde des superhéros évolue, rendant compte des rouages bureaucratiques.

Depuis, plusieurs séries ont été consacrées à l’escadron. En 2011, Adam GLASS et Federico DALLOCCHIO font le portrait d’une équipe dysfonctionnelle (à lire dans Suicide Squad tome 1 et suivants, collection « DC Renaissance »). Par la suite, le scénariste Matt KINDT raconte comment Amanda Waller, coincée dans le Pénitencier de Belle Reve, tente de reprendre la main tandis que le Syndicat du Crime a pris le pouvoir (dans Suicide Squad tome 4).DÉMENTE

Une nouvelle recrue de la Force Spéciale X se fait remarquer : Harley Quinn. Ancienne psychiatre séduite par l’un de ses patients, le Joker, la criminelle démente fait son apparition sur le petit écran, à l’occasion d’un épisode de la série animée Batman, « Joker’s Favor » (« Chantage à crédit » en français), diffusé le 11 septembre 1992 aux États-Unis. Elle fait ses premiers pas dans les bandes dessinées avec Batman Adventures: Mad Love, un récit publié en février 1994 et dans lequel Paul DINI et Bruce TIMM, les deux parrains du dessin animé, dévoilent son passé. De son vrai nom Harleen Quinzel, elle fait son entrée dans la continuité officielle de Gotham City à l’occasion de Batman: Harley Quinn, daté d’octobre 1999.

Deux ans plus tard, la belle évaporée a droit à une série régulière, dont les premiers épisodes sont écrits par Karl KESEL et dessinés par Terry DODSON. Harley Quinn s’allie parfois à des héroïnes telles que Power Girl ou Wonder Woman, et parfois à des criminelles comme Catwoman et Poison Ivy. Ces deux dernières ne sont pas des criminelles endurcies mais sont mues par des motivations complexes. Le trio s’avère fort attachant. Les aventures déjantées et rocambolesques de Harley Quinn, entourée d’un bataillon de personnages délirants, sont à découvrir dans six tomes de la collection « DC Renaissance ».L’EXTERMINATEUR

Complétant le sommaire de Suicide Squad Rebirth, Deathstroke fait un retour spectaculaire sous l’impulsion du scénariste Christopher PRIEST. Celui que tout le monde surnomme « l’Exterminateur » fait son apparition dans New Teen Titans #2, daté de décembre 1980 et réalisé par Marv WOLFMAN et George PÉREZ. Les deux auteurs ne se contentent pas de faire du nouveau venu un simple mercenaire, mais le plongent dans les drames familiaux alors qu’il affronte son propre fils, le Ravageur. Slade Wilson fera de nombreux retours dans la série. Les lecteurs découvrent Wintergreen, son aide de camp, Adeline, son ancienne épouse ou encore Jericho, son autre fils, muet depuis une blessure et bientôt membre des Titans.

Deathstroke participe à la saga « Titans Hunt » de 1990 à 1992, à l’occasion de laquelle il doit tuer son fils Joseph, alias Jericho, afin de contrer la possession des âmes d’Azarath. Dans la foulée de ce drame, c’est un mercenaire blessé, acculé et donc plus dangereux que jamais que WOLFMAN met en scène dans la première série régulière Death-stroke. Tantôt ennemi, tantôt allié, il participe ensuite à la défaite du Syndicat du Crime lors de la saga Forever Evil, en s’alliant au groupe fédéré par Luthor. Tels sont les héros au sommaire de Suicide Squad Rebirth. Certains agissent dans le cadre d’accords avec le gouvernement, d’autres par folie et goût de l’aventure, d’autres enfin par souci de protéger leurs intérêts. Héros d’un autre genre, ils éclairent d’une lumière nouvelle l’Univers DC.

 

suicide-squad-rebirth-4
 Suicide Squad rebirth #4

Alors que tout le monde devient fou dans la Suicide Squad, Harley Quinn est la seule à garder ses esprits. Décidément, les locaux de Belle Reve ne préservent personne de l’agression, ainsi que l’apprend Amanda Waller dans une aventure concoctée par Vita AYALA et Matt MERHOFF. Après son immersion dans le milieu punk, Harley Quinn a bien besoin de vacances, mais des villégiatures avec Poison Ivy ne sont jamais de tout repos. Enfin, Deathstroke découvre que ses agissements attirent l’attention de personnes haut placées, et se retrouve bientôt face au surhomme le plus puissant de la planète : Superman. (Contient les épisodes US SUICIDE SQUAD #6 et #7, SUICIDE SQUAD MOST WANTED #5 et #6, HARLEY QUINN #7 et #8, DEATHSTROKE #6 et #7)

Découvrir

Plus d'articles