fbpx

Est-ce que vous vous sentez mieux ?

C’est une question qu’on m’a souvent posée en interview, comme s’il s’agissait d’un truc dont je devais absolument débarrasser ma conscience. C’était souvent poursuivi d’un : Pourquoi autant de colère ? (Je ne suis pas en colère.) Vous identifiez-vous à votre protagoniste ? (Non.) Est-ce un appel aux armes ou au militantisme ? (Sérieusement ?) Quel est le véritable sujet de The NIGHTLY NEWS ? (On y reviendra.). Autant vous le dire, j’ai eu droit à tout.

Aussi, clarifions bien les choses : The NIGHTLY NEWS n’est pas une auto-psychothérapie socio-politique.

Pour plus d’infos sur Nightly News, cliquez sur l’image

Est-ce qu’il a des points de l’histoire que je pense légitimes ? Certainement. Est-ce qu’il y a des choses avec lesquelles je suis en tout point en désaccord ? Oh putain que oui. Y a-t-il des vérités déguisées en mensonges et vice versa ? Eh bien, c’est un peu le cœur même de mon sujet… Je raconte une histoire.

Et, à vrai dire, j’imaginais que vous seriez plus nombreux à ne pas l’aimer.

À commencer par son concept et son exécution. Je pensais qu’il était inévitable que les personnes qui adhèrent fortement au système bipartite allaient tenter de plaquer leurs conceptions politiques sur le canevas de mon histoire. C’était évident étant donné le climat politique actuel, n’est-ce pas ?

Et la partie graphique ? Une espèce de pot pourri de symboles graphiques et de dessin, abandonnant la structure traditionnelle de la planche avec ses cases, et ses pages de respiration. Illisible, n’est-ce pas ?

De plus, lorsque vous créez une œuvre aussi polémique que The NIGHTLY NEWS, il faut s’attendre à un certain niveau de réponse. Des choix radicaux mixés associés à des sujets délicats vous assurent une réaction du public. Un truc du genre haine/passion, n’est-ce pas ?

Je me suis bien planté.

J’aime penser que je suis quelqu’un de plutôt intelligent. Je me suis fourvoyé en pensant vous distraire avec une multitude d’intrigues simultanées, des thèmes trop nombreux, un casting étendu (et intentionnellement ambigu), des graphiques d’informations, des éléments graphiques et des teintes saturées monochromatiques,  de sorte que nous ne saisissiez pas mon intention première : que tout ça, en réalité, c’est du grand spectacle.

Et vous m’avez percé à jour.

Pour plus d’infos sur Nightly News, cliquez sur l’image

Tout ce que j’ai toujours voulu faire, c’est raconter des histoires. C’est ce à quoi je me suis toujours destiné. Je le sais parce que j’ai passé 10 ans à essayer de me convaincre que je pouvais être heureux en tentant de faire autre chose. Et de la première réaction du lecteur à la reconnaissance d’un pair en passant par la réception critique de la presse à la lecture de la conclusion du récit, toutes ces étapes ont confirmé mon intuition. J’étais à la bonne place.

Alors, de quoi parle The NIGHTLY NEWS ?

Pour commencer, je ne crois pas au genre d’histoires capables de vous donner des réponses. Elles n’auraient d’autres intérêts que de servir à chacun une espèce de bouillie didactique prête à consommer. Ce en quoi je crois, par contre c’est le genre d’histoires qui posent des questions. Avec The NIGHTLY NEWS, la question posée pourrait être : jusqu’où êtes-vous prêt à aller, qu’êtes-vous prêt à sacrifier pour défendre et servir ce en quoi vous croyez et ce, quel qu’en soit le prix ? Je suis sûr que vous comprenez la différence, c’est là tout le propos de mon histoire. J’espère que vous avez apprécié The NIGHTLY NEWS pour ce qu’il a pu représenté pour vous. Ce récit est désormais le vôtre.

Pour plus d’infos sur Nightly News, cliquez sur l’image

Et pour en revenir à la première question : si je me sens mieux ?

Je ne me suis jamais senti aussi bien.

Jonathan Hickman, Caroline du Sud, 07.04.07

 

Plus d'articles