fbpx

Jacen BURROWS nous livre son interprétation graphique des Grands Anciens, créatures peuplant l’imaginaire du romancier américain Howard Phillips LOVECRAFT.

Ces entités aux proportions titanesques, anciens souverains de notre monde, jettent leur ombre inquiétante sur toute l’oeuvre de l’écrivain de Providence, constituant, au fur et à mesure des nouvelles publiées dans la revue littéraire Weird Tales, le Mythe de Cthulhu ; un mythe que les amis et collaborateurs du romancier ont eu à coeur de perpétuer en l’enrichissant de leurs propres écrits après la mort du créateur. Cinéma, bande dessinée, jeux vidéos, jeux de rôle, l’œuvre de H.P. LOVECRAFT a depuis longtemps dépassé le cercle de ses lecteurs pour être aujourd’hui considérée, à juste titre, comme l’une des références de la culture populaire en matière d’horreur.

Shub-Niggurath, divinité extra-terrestre également appelée “la Chèvre noire des bois aux mille Chevreaux”, est décrite Comme une masse nuageuse en ébullition dans laquelle on devine des pattes de boucs et des gueules béantes.

Le « grand anCien » Cthulhu, monstre marin que l’écrivain h.p. Lovecraft décrit comme vaguement anthropoïde mais avec une tête de
pieuvre, le visage couvert de tentacules, un corps écailleux et caoutchouteux, de longues griffes et d’étroites mais longues ailes
dans le dos. (cf. l’appel de Cthulhu)



Plus d'articles