fbpx

Champion de football américain venu du futur, Michael Jon Carter fait son apparition dans Booster Gold #1, daté de février 1986. Originaire du xxve siècle, ce sportif ruiné décide de fuir son époque. Il pille le Musée de l’Espace de Metropolis, où il dérobe un anneau de vol appartenant à la Légion des Super-Héros, ainsi qu’un champ de force inventé par Brainiac 5, avant d’embarquer dans la sphère temporelle de Rip Hunter afin de rejoindre le xxe siècle. Arrivé dans notre présent, il décide d’utiliser ces capacités acquises illégalement afin de se faire passer pour un justicier et ainsi d’acquérir gloire et célébrité.

L’escroc du futur

La première série Booster Gold connaîtra vingt-cinq numéros, tous écrits et dessinés par Dan JURGENS. L’auteur y décrit les tracas d’un personnage qui tente de mener une carrière de justicier tout en monnayant son image afin de s’enrichir grâce aux revenus générés par les produits dérivés. En plus des reproches formulés par les autres héros, il doit également échapper aux policiers et aux ennemis venus eux aussi de son époque futuriste.
Dans le même temps, le personnage est intégré à la Ligue de Justice d’Amérique, dont une nouvelle formation vient d’être assemblée à l’initiative de l’homme d’affaires Maxwell Lord. Il est présenté aux autres membres de l’équipe à la fin de Justice League #3, daté de juillet 1987 (à découvrir dans Justice League International tome 1, collection « DC Essentiels »). Rapidement, il compose avec Blue Beetle un tandem de grands enfants toujours prêts à plaisanter et à se fourrer dans les pires ennuis. Les deux scénaristes de la série, Jean-Marc De MATTEIS et Keith GIFFEN, utilisent les deux joyeux lurons en guise de moteur humoristique, créant ainsi des situations toutes plus saugrenues les unes que les autres.

Le héros sérieux

Commençant à trouver sa place dans ce nouveau siècle, Booster Gold tente d’utiliser sa renommée naissante afin de fonder une nouvelle super-équipe, le Conglomérat, financé par différents sponsors. Mais il découvre bien vite que son ambition héroïque se heurte à la cynique réalité du monde de la libre entreprise. Il reviendra donc à plusieurs reprises au sein de la Ligue de Justice. C’est à l’une de ces occasions qu’il fera face à Doomsday, la terrible créature ayant pris Superman pour cible, et à laquelle il donnera son appellation (à lire dans La Mort de Superman tome 1, collection « DC Essentiels »).

Pendant un temps, il rejoindra une nouvelle équipe fondée par Captain Atom et dénommée Extreme Justice. À cette occasion, il porte une armure contrôlée à distance par Skeets, son acolyte cybernétique qui l’accompagne dans tous ses périples. Par la suite, Michael Jon Carter assiste à différents drames, parmi lesquels la mort
de Sue Dibny (voir Justice League : Crise d’Identité, collection « DC Classiques »), et l’assassinat de Blue Beetle (voir Infinite Crisis tome 1, collection « DC Classiques »), ce qui l’incite à retourner dans l’époque qui l’a vu naître.

Le justicier temporel

Il revient dans le présent à l’occasion de la série 52, soit à une époque où Superman, Batman et Wonder Woman ont disparu. Skeets laisse entendre que certains éléments ne correspondent pas aux archives historiques, mettant le héros sur la piste de modifications spatio-temporelles (à découvrir dans 52 tomes 1 à 4, collection « DC Classiques »). Peu à peu, Carter adopte un rôle plus actif dans la protection du flux temporel, conduisant à de nouveaux exploits dans la série Booster Gold lancée en 2007 par le scénariste Geoff JOHNS et le dessinateur Dan JURGENS. Le héros y est allié à Rip Hunter, célèbre voyageur temporel de l’Univers DC, dont les lecteurs apprennent qu’il est en réalité le futur fils de Michael Jon. Ensemble, les deux exilés du temps tentent de mener à bien leur mission, malgré le caractère impulsif de Booster Gold. Depuis lors, le héros, qui continue à se dissimuler derrière la façade d’un homme d’affaires uniquement intéressé par la gloire et la richesse, est associé aux principaux événements impliquant le flux temporel. C’est ainsi qu’il participe au retour de Bruce Wayne (voir Grant Morrison présente Batman tome 5, collection « DC Signatures »).
Son rôle de protecteur du temps l’amène à veiller sur Superman quand ce dernier emprunte le Tapis Roulant cosmique de Flash afin de retourner dans le passé de Krypton. Mais l’intervention de Booster Gold permettra-t-elle d’éviter la destruction de l’espace-temps ? Ou bien le héros du futur ne fera-t-il qu’aggraver la situation ?

Si la plupart des héros sont motivés par Le sens du devoir, booster gold a des raisons bien plus égoïstes de revêtir un costume Coloré. Pourtant, ce justicier tiendra une place essentielle dans de nombreuses sagas cosmiques de l’univers dc.

batman-rebirth-20

Hommage à Gueule d’Argile !

Amis et ennemis viennent tous rendre leurs « hommages » aux deux fiancés, Batman et Catwoman. C’est au tour de Wonder Woman de rendre visite au protecteur de Gotham City, par Tom KING et Joëlle JONES. La métropole, quant à elle, est toujours sous le choc de la disparition de Gueule d’Argile, auquel James TYNION IV et Eddy BARROWS rendent un vibrant et poignant hommage. La Ligue de Justice se trouve dans une situation inédite alors que ses actions conduisent le groupe à attirer la méfiance des populations qu’il protège, par Christopher PRIEST et Pete WOODS. Enfin, cherchant à comprendre le mystère de la réapparition de son père Jor-El, Superman remonte le temps afin de retourner sur Krypton avant sa disparition. Mais il est suivi par Booster Gold, dans une histoire réalisée par Dan JURGENS.

Découvrir

Plus d'articles