Le tout premier épisode de SWEET TOOTH sort en septembre 2009. Sans le savoir, grâce à l’histoire poignante du jeune Gus, le scénariste et dessinateur canadien Jeff LEMIRE vient d’amorcer ce qui sera l’une des plus belles réussites de sa carrière. À mi-chemin entre le conte de fée et le récit d’horreur post-apocalyptique, la saga se conclura quatre ans plus tard, après quarante numéros. En 2018, le service de streaming Hulu commande un pilote pour une éventuelle adaptation en série TV. Il faudra attendre deux ans pour que le projet (produit par Robert DOWNEY Jr.) soit racheté par Netflix, et le 4 juin 2021 pour pouvoir enfin profiter des huit premiers épisodes sur petit écran.

C’est d’ailleurs durant le tournage de la première saison que Jeff LEMIRE se surprend à imaginer une suite potentielle à son oeuvre d’origine. Une mini-série dont les événements se situeraient trois cents ans après la fin de SWEET TOOTH, et qui permettrait non seulement aux lecteurs des premières heures de retrouver un univers familier, mais aussi de leur offrir leur lot d’intrigues inattendues. L’artiste nous en dit un peu plus…

Le dernier numéro de SWEET TOOTH est sorti en janvier 2013. Quels sentiments avez-vous éprouvé au moment de vous replonger dans cet univers ? Comment votre point de vue sur la série a-t-il évolué au cours de ces huit dernières années ?

SWEET TOOTH est la série qui m’a accompagné le plus longtemps. J’ai quotidiennement vécu avec ces personnages pendant plus de quatre ans, alors à force de travailler autant de temps à leur contact, ils deviennent vraiment une partie de vous. Depuis la fin de la série originale, mon affection pour le monde de SWEET TOOTH n’a fait que grandir. Cela dit, j’étais très satisfait de la fin que j’avais donné à mon histoire, donc je ne pensais vraiment pas y revenir un jour. Je ne voyais pas comment faire plus sans totalement bouleverser l’équilibre du récit original. Et puis, l’année dernière, sur le plateau de tournage, j’ai commencé à avoir des bribes d’idées. J’ai ébauché une façon d’y revenir et tout s’est enchaîné très vite. J’étais très enthousiaste. Pour moi, revenir dans le monde de SWEET TOOTH, ça a été comme rentrer à la maison. Surtout dans un contexte d’épidémie mondiale. Ça me semblait justifié. J’ai la sensation que l’être humain a vraiment besoin de messages d’espoir en ce moment.

Sweet Tooth: The Return est décrit comme une “ré-imagination de la mythologie Sweet Tooth”. Sans trop entrer dans les détails, que peuvent attendre les lecteurs de cette nouvelle série ?

Ils devraient pouvoir y trouver des éléments familiers, mais aussi des choses totalement nouvelles. J’ai travaillé très dur pour arriver à créer une histoire qui ne soit pas uniquement une répétition de l’originale. On y retrouve des thèmes qui me sont chers et que j’avais abordés dans la série-mère, le même ton, mais je tenais aussi à proposer de toutes nouvelles perspectives. Je voulais vraiment offrir quelque chose de neuf.

Le premier numéro est une véritable continuité ET un nouveau départ. Comment avez-vous procédé ?

Mon objectif était de rendre cette nouvelle mini-série accessible à tous tout en étant chargée de connexions avec l’originale. Ce type de superposition était vraiment amusant à créer, d’ailleurs. J’espère que mes clins d’oeil seront réussis, subtils mais compréhensibles, dès le premier numéro.

Artistiquement parlant, comment se sont passées vos retrouvailles avec José Villarrubia, votre coloriste ? A-t-il été facile pour vous deux de reprendre là où vous vous étiez arrêté ?

En tant qu’artiste, je pense avoir beaucoup évolué depuis la fin de SWEET TOOTH. J’ai fait tout un tas de choses très différentes, qui ont apporté une nouvelle dimension à mon travail. Du coup, c’était très cool de se replonger dans cet univers et de voir ce que José pouvait faire de ce nouveau monde que j’avais imaginé. Tout comme l’histoire, le parti pris visuel maintient beaucoup de liens avec l’original tout en apportant une dose de nouveauté et de fraîcheur. Et puis, quel bonheur de pouvoir retravailler avec mon vieil ami. Cette collaboration m’avait manqué. C’est un homme merveilleux et un grand coloriste. Nous avons tous les deux beaucoup d’affection pour cette série donc ça a été un vrai cadeau de pouvoir retravailler ensemble.

sweet-tooth-the-return

Sweet Tooth The Return 

Il y a de cela de nombreuses années, une mystérieuse pandémie frappa la Terre et décima la quasi-totalité de la population. Aux mêmes instants, une nouvelle espèce – mi-homme mi-animale – faisait ses premiers pas. Gus, hybride livré à lui-même depuis la mort de son père, a traversé une Amérique hostile pour comprendre d’où il venait et qui il était. Il a vécu de nombreuses aventures, trouvé des amis fidèles, l’amour aussi, mais surtout la paix intérieure. Des années plus tard, l’histoire se répète. Un jeune garçon aux bois de cerf se réveille dans un monde qui lui est étranger et dans lequel l’humanité lutte pour sa survie. Cependant, avec le temps, les rôles se sont inversés : les hybrides ont pris leur revanche et les oppressés d’hier sont devenus les oppresseurs.

Découvrir

Plus d'articles