fbpx

Le deuxième tome consacrée à BATMAN – LA LEGENDE de Jim Aparo contiendra les épisodes de The Brave and The Bold allant de 1975 à 1979. Il conclut ainsi la première décennie de travaux du dessinateur Jim APARO sur un personnage et un univers qu’il suivra jusqu’en 2000. On le trouve ici au summum de son talent sur une série qui a connu un énorme succès et dépassait en termes de vente les autres titres du Chevalier Noir : Detective Comics et Batman. Les raisons de succès sont multiples, et en premier lieu se situe son concept  idéalement attractif pour un vaste lectorat.

En effet, The Brave and the Bold associait à chaque numéro Batman et un autre personnage de l’univers DC, se servant de la popularité retrouvée du Caped Crusader, suite à la série télé de 1966-1968, pour introduire des super-héros moins connus. Ainsi, un lectorat plus vaste pouvait rencontrer pour la première fois des personnages comme Kamandi, le dernier garçon de la Terre, Mister Miracle, le maître de l’évasion, Deadman, l’acrobate fantôme, les Metal Men, robots créés par le Professeur Magnus, ou bien le mystérieux Phantom Stranger, adepte de la magie noire.

Image extraite de Batman La Légende tome 2

Dans ce deuxième tome, de nouveaux héros rejoignent la distribution, et non des moindres : Plastic Man, par exemple, un détective extensible dont les aventures réalisées par Jack COLE demeurent l’un des fleurons des comic books de l’Âge d’Or, ou bien Richard Dragon, un des représentants de la vague « Kung-fu » des années 1970. On retrouve également des personnages plus connus comme le bolide Flash, la princesse amazone Wonder Woman –qui venait de retrouver ses pouvoirs –  et Supergirl, la cousine d’un célèbre extraterrestre de la planète Krypton. Comme on peut le voir au cours des épisodes, une distinction peut se faire entre les aventures mettant en scène ces vedettes de l’univers DC, et dans lesquelles l’intrigue et la menace priment, et celles où interviennent les héros de second ordre et qui privilégient, elles, la caractérisation.

 

Avec le même bonheur, le scénariste Bob HANEY dépeint la perte de confiance de Plastic Man, l’appât du gain de Green Arrow ou les remords de Wildcat. Son talent lui permet de voler d’un personnage à l’autre, se penchant sur leurs tourments, sans pour autant les dénaturer. Même s’il prend des libertés avec la « continuité officielle » de l’univers DC (qui était de toute manière beaucoup plus fluctuante à l’époque), Bob HANEY arrive à captiver le lecteur des parcours de ces différents « Braves et Audacieux » (titre français choisi à l’époque par l’éditeur Arédit). De plus, son habileté à passer d’un genre à l’autre confère à la série une vigueur remarquable : on peut ainsi passer d’une étouffante chasse au trésor (Les griffes de l’Aigle Empereur) à la menace imminente d’un holocauste nucléaire (Ce qui rampe sous la bouée 13 !) en passant par une étrange histoire de vaudou (Choisir entre deux malédictions !) ou la traque d’un tueur à gages extraterrestre (Requiem pour un flic de choc !) !

Image extraite de Batman La Légende tome 2

Et c’est bien évidemment grâce au trait versatile et chevronné du dessinateur Jim APARO, que Batman et ses multiples partenaires peuvent évoluer sans perdre de leur superbe dans les environnements les plus diverses, des ruelles les plus sordides et dangereuses de Gotham, aux destinations les plus exotiques et lointaines. Jim APARO, ayant déjà servi sur deux héros de DC extrêmement différents (Aquaman et le Phantom Stranger) avant de reprendre les rênes de The Brave and the Bold, parvient avec le même réalisme à homogénéiser ces enquêtes et offre, inspiré par la version de Neal ADAMS, une élégance féline et une brutalité sauvage au « Plus grand détective du monde ».

 

La plus incroyable de ces aventures et probablement le sommet de la collaboration Bob HANEY/Jim APARO, vous est par ailleurs présentée dans cet album : La petite guerre des super-armes est un petit bijou fantastique qui montre les deux auteurs intervenir directement au cours de leur intrigue et aider Batman et le Sergent Rock à échapper aux griffes d’un dangereux groupe terroriste. Les aller-retour démentiels entre réalité et fiction mettront à mal leur plan machiavélique.

 

Mais, durant les années 1970, les numéros de The Brave and the Bold écrits par Bob HANEY n’étaient pas les seuls comic books de Batman à bénéficier du talent de Jim APARO. En 1973, il fut également pressenti pour reprendre le titre Detective Comics, alors dirigé et écrit par le légendaire Archie GOODWIN. Malheureusement, pour des raisons d’emploi du temps chargé, seuls deux épisodes furent complétés : ils vous sont ici présentés en préambule. Un an plus tard, Jim APARO retournera sur Detective Comics et réalisera avec Len WEIN les trois premières parties d’une histoire à suivre, « Bat-Murderer », qui voyait Batman accusé de l’assassinat de son ennemie jurée, Talia al Ghul !

Plus d'articles