Si vous vous êtes demandés qu’écouter en lisant Punk Rock Jesus, nous avons la réponse !

TRACKLIST

PUNK ROCK JESUS #1 :

“We’re From America” de Marilyn Manson. Manson n’est jamais aussi bon que lorsqu’il décrit cette vision d’une Amérique fière et cynique : il y voit un pays bourrin, sans états d’âmes et qui s’éclate à écraser son prochain s’il y a un quelconque profit à la clé. En tout cas, moi, c’est comme ça que je me l’imagine. L’Amérique, c’est comme cette fille qui vient de découvrir le sexe et qui se fout bien des cicatrices dégueulasses que lui laissera l’herpès sur les cuisses. Tout ça, sous le regard horrifié du monde qui assiste à ces excès de débauche sans réagir.

 

PUNK ROCK JESUS #2 :

“Tired Of This Shit” des The Bloody Hollies. Même si j’adore le punk, je n’irai jamais me frotter à un fan hardcore, parce que je vois très bien l’état d’esprit radical dans lequel il se trouve. C’est peut être contre l’éthique punk, mais je découvre beaucoup de nouveaux groupes via la web radio Pandora (ça fait plus punk si je dis que j’utilise la version gratuite ?). C’est comme ça que j’ai découvert The Bloodie Hollies, et ce morceau qui colle parfaitement au deuxième numéro de PRJ, quand Gwen commence un peu à perdre pied…


PUNK ROCK JESUS #3 :

“Nightcall” par Kavinsky. S’il y a bien une histoire d’amour entre Thomas et Gwen, je ne suis pas certain d’en connaître la nature exacte. Les personnages ne sont jamais véritablement clairs à ce sujet,
mais je pense que dans une autre vie, dans un contexte différent, ils auraient fini ensemble. C’est cette possibilité qui est évoquée dans le numéro 3, lorsque Gwen tente de s’enfuir de l’île avec Chris et tient Thomas en joug. Pour cette scène sous la pluie, j’avais « Nightcall » en fond. C’est une chanson d’amour assez étrange, robotique et hypnotique. C’était suffisamment particulier pour m’inspirer la réalisation de cette scène… Je crois que je l’ai laissée sur repeat pendant plusieurs heures du coup.


PUNK ROCK JESUS #4 :

“Nothing” par Groovie Ghoulies. Les Groovie Ghoulies, un autre groupe que j’ai découvert sur Pandora. Ce « Nothing » illustre parfaitement la montée en puissance de la folie de Chris : il symbolise toutes ces promesses déçues qu’un ado découvre lorsqu’il passe à l’âge adulte.


PUNK ROCK JESUS #5 :

“Suspect Device” par Stif Little Fingers. On ne peut pas dire que l’esprit punk rock soit très présent dans la première partie du récit (il y a bien un esprit un peu contestataire, au mieux), même si j’ai pu placer quelques indices qui montre Thomas comme un ancien fan de punk. L’un des plus grands groupes punk à la mode durant les événements en Irlande du Nord était Stif Little Fingers. J’ai lu quelque part que la police irlandaise avait fait exploser une cassette audio de SLF en pensant que c’était une bombe (par provocation un peu stupide, les membres du groupe avait appelé leur dernier album « Tape Bomb »). Pour moi, c’était assez cohérent que Thomas soit fan de SLF, j’ai donc intégré l’idée au récit. « Suspect Device » est mon titre préféré.


PUNK ROCK JESUS #6 :

“Electric Head, pt. 1” par White Zombie. Ce n’est pas du punk rock, mais c’est mon titre préféré de metal indus par l’un de mes groupes préférés sur leur meilleur album. Je ne capte rien aux paroles, mais ça me met toujours un bon coup de boost ! Et pour les litres de sueur et d’adrénaline qui suintent de ce numéro 6, ce morceau me semble tout indiqué !


Retrouvez la fiche complète de l’album en cliquant sur l’image ci-dessous :

Punk Rock Jesus

Plus d'articles