Contrairement à son homologue Superman, Batman n’a pas dévoilé de suite tous les secrets de ses origines. Ainsi, les lecteurs qui découvrent ce nouveau justicier en couverture de Detective Comics #27 (mai 1939) n’en apprennent que peu sur la vie privée et le passé du héros. Tout juste sait-on qu’il est en réalité le millionnaire Bruce Wayne et qu’il fraye régulièrement avec le Commissaire Gordon, policier chargé de la capture du « Bat-Man ». Plus tard dans l’année, les mêmes auteurs Bill FINGER et Bob KANE réalisent en amont d’un épisode (« The Batman Wars Against the Dirigible of Doom », dans Detective Comics #33, novembre 1939), deux pages intitulées « The Legend of the Batman : Who he is and how he came to be » qui dépeignent pour la première fois le tragique événement que connut le jeune Bruce Wayne lorsqu’à la sortie d’un cinéma, ses deux parents furent assassinés. Quand plus tard, en avril 1940 (Detective Comics #38), Bruce Wayne fait la connaissance de Dick Grayson, enfant de la balle et orphelin, il voit dans le parcours du garçon une tragédie similaire à la sienne.
Durant les années 1940, Bruce Wayne, Dick Grayson et Alfred, le majordome – qui fait son apparition dans Batman #16 (avril-mai 1943) –, forment une famille recomposée, dévouée à la lutte contre les criminels de Gotham City. Et, en 1948, presque dix ans après sa première apparition, Batman retrouve la trace du meurtrier de ses parents. Dans Batman #47 (mai-juin), il met en effet  un terme au trafic d’un certain Joe Chill, en qui il reconnaît le truand de la ruelle. Après s’être démasqué devant lui, Batman assiste, impuissant à son assassinat par d’autres criminels (voir DC Comics Anthologie).

Quelques années plus tard, ce sera encore Bill FINGER qui écrira la légende du « Premier Batman » (Detective Comics #235, septembre 1956, voir Grant Morrison présente Batman tome 4) : un épisode dans lequel on apprend que Thomas Wayne se déguisa en « homme chauve-souris » lors d’un bal costumé et stoppa un cambriolage élaboré par Lew Moxon. Ce dernier, en représailles, paya Joe Chill pour éliminer le riche médecin.

Les auteurs classiques, comme Bill FINGER ou Ed HAMILTON, ont ainsi révélé par petites touches les éléments de l’apprentissage de Bruce Wayne. Dans Detective Comics #205 (mars 1954), le Dynamique Duo remonte le temps pour découvrir les origines de la Batcave. Dans Detective Comics #226 (décembre 1955), Bruce Wayne explique  qu’il fut l’assistant d’un détective et qu’il utilisa un costume similaire à celui de Robin, et dans Detective Comics #244 (juin 1957), qu’il a appris le maniement du boomerang auprès d’un expert. Enfin, dans Detective Comics #265 (mars 1959), Bill FINGER et Dick SPRANG relatent la toute première afaire du Batman. Tous ces éléments disparates sont à l’époque inventés au fur et à mesure : on apprendra que Bruce fut recueilli momentanément par la propre mère de Joe Chill (Batman #208 de janvier 1969, par E. Nelson BRIDWELL et Gil KANE), mais également par Leslie Thompkins, un médecin de « Crime Alley », la rue où les Wayne furent abattus (Detective Comics #457, mars 1976, par Dennis O’NEIL et Dick GIORDANO). Il faudra attendre une mini-série (la première consacrée au héros) intitulée Untold Legend of the Batman, pour que le scénariste Len WEIN et les dessinateurs John BYRNE et Jim APARO, inscrivent tous ces éléments dans une même continuité.

Or, quelques années plus tard, Frank MILLER et David MAZZUCCHELLI profitent de la remise à plat de l’univers DC, suite à Crisis on Infinite Earths (1985-1986), pour réactualiser les origines du Chevalier Noir et lui donner une de ses plus grandes œuvres : Batman, Année Un (Batman #404-407, février-mai 1987), dont l’un des éléments notables, est la description de son amitié avec un lieutenant Gordon plus faillible et humain. Devenant officiellement la véritable légende du Batman, Année Un va permettre aux auteurs récents de moderniser toute la mythologie du protecteur de Gotham. Mike BARR, Alan  DAVIS et Todd McFARLANE conteront ainsi la deuxième année de lutte dans les numéros 575 à 578 de Detective Comics, de juin à septembre 1987. Puis, en 2000 et 2003, les scénaristes Scott BEATTY et Chuck DIXON signeront, avec les dessinateurs Javier PULIDO et Marcos MARTIN, deux mini séries consacrées aux acolytes de Batman et respectivement intitulées Robin : Année Un et Batgirl : Année Un. Et d’une façon fort astucieuse, le scénariste écossais Grant MORRISON opérera, de 2006 à nos jours, la synthèse de toutes ces versions, des plus réalistes aux plus fantaisistes, dans une gigantesque saga qui jette un regard inédit sur le passé méconnu du héros (à découvrir dans notre série Grant Morrison présente Batman). Aujourd’hui, avec le lancement de la Renaissance DC, un nouvel univers a été recréé, et avec lui, certains aspects de la légende de Batman ont été modifiés. Le scénariste de Batman, Scott SNYDER prépare ainsi, avec son dessinateur va scruter en profondeur les zones d’ombre des débuts de Batman . Et c’est avec cet album, Batman Terre-Un, premier tome d’une trilogie, que Geoff JOHNS et Gary FRANK offrent leur vision de la naissance du justicier, ancrée dans une réalité qui pourrait être la nôtre, et mettent l’accent sur la relation père-fils que Bruce noue avec un Alfred, entièrement remanié. Les années passent, mais la fascination pour l’Homme Chauve-Souris demeure chez des auteurs qui apportent chacun leur pierre à la cité maudite de Gotham et à son protecteur le plus célèbre et célébré.

Plus d'articles