fbpx

J’avais onze ans quand je me suis aperçu que Gotham  était un endroit réel, l’endroit où je vivais.

Cela,  je l’ai appris dans une bande dessinée intitulée BATMAN ANNÉE UN, écrite par Frank MILLER. Ce livre racontait  une histoire que même un enfant de mon âge connaissait  déjà : l’origine de Batman. L’histoire d’un petit garçon  qui assiste au meurtre de ses parents dans une allée  sombre, et se jure de lutter contre le crime pour éviter  que de telles tragédies surviennent à nouveau.

Certes, ce récit m’était familier, mais raconté par MILLER,  il me donna pour la première fois l’impression de le vivre.  À travers les cases de la BD, j’apercevais un Gotham que  je ne connaissais que trop. Les rues jonchées de détritus,  le crime, les gangs, les graftis, le délabrement.  Parce que j’étais un enfant des années 80 vivant  à Manhattan, tout cela faisait partie de mon quotidien.  Je connaissais ces aspects de la vie citadine, qui parfois  m’efrayaient, et pouvaient faire de New York un lieu  terrifant. Et soudain, dans ce décor sinistre, surgissait  Batman au cœur de la nuit. Pas le Batman que j’avais  connu jusque-là dans les autres BD. Il n’avait ni  musculature impossible, ni sourire éclatant, ni gadgets. Ce Batman-là avait l’air humain, mais aussi intimidant  et héroïque. BATMAN ANNÉE UN a suscité la controverse en son  temps, mais pour moi, c’était avant tout une réinvention de Batman qui, à mes yeux, le rendit plus réel que jamais et ft de lui une source d’inspiration. Car ce Batman-là,  rien que par sa présence, dans un reflet si fidèle de New  York, portait un message : triomphez de vos peurs,  même dans un endroit pareil. Soyez un héros.

Retrouvez la série Batman, en librairie, pour plus d’infos, cliquez sur l’image

Aujourd’hui, un quart de siècle plus tard, la ville a changé  de fond en comble. Bien sûr, les vices d’antan subsistent,  parfois sous d’autres formes, mais il faut bien admettre  que la plupart des New-Yorkais ont désormais un rapport  différent à la peur. Pour le meilleur et pour le pire,  le New-York des années 2010 n’est pas celui des années  1980. Le centre de la ville, dépotoir de mes jeunes  années, brille aujourd’hui de mille feux. Le métro est plus propre, Central Park est plus sûr. Les gangs, la drogue  et le crime n’ont pas disparu, mais il me semble  (et je peux me tromper) qu’au palmarès de nos craintes,  ils ont cédé la place à la peur d’une violence à plus grande échelle, aveugle et sans objet. La peur de l’attentat-surprise,  qui peut toucher une rame de train ou un gratte-ciel  à tout moment.

Retrouvez la série Batman, en librairie, pour plus d’infos, cliquez sur l’image

La peur des sirènes et des cris de  détresse qui troublent une journée ensoleillée.

Ainsi,  pour nous autres, l’équipe créatrice de la série BATMAN,  le moment a paru opportun de remodeler une fois de  plus cette histoire emblématique. De raconter à nouveau  ce qu’il advint de ce petit garçon, en cette nuit fatidique, mais avec pour objectif de rendre Gotham et Batman réels,  tangibles pour le lectorat d’ aujourd’hui. Voilà ce que  nous espérons accomplir avec BATMAN : L’AN ZÉRO.  Pas parce que nous avons le sentiment que BATMAN ANNÉE UN  laisse à désirer d’une quelconque façon : c’est un chef-d’œuvre,  d’un bout à l’autre. Mais nous avons estimé que l’heure  était venue de conter la légende d’une manière inédite,  qui, nous l’espérons, entrera en résonance avec les peurs  et les espoirs des New-Yorkais d’aujourd’hui. Et de tous  les autres aussi, car en vérité, nous vivons tous à Gotham.

Retrouvez la série Batman, en librairie, pour plus d’infos, cliquez sur l’image

Et ce que Batman est censé nous rappeler, lorsqu’il surgit  du cœur de la nuit, c’est que cette ville est la nôtre ;  que nous devons être braves, vaincre nos peurs,  et sans cesse nous battre pour elle.

Scott Snyder, 2013

Plus d'articles