Saga, c’est le bien