fbpx

En fait, moi pense que ça pas histoire jolie et poignante qui pas du tout donne nouveau souffle à personnage classique de Superman. Moi Bon, moi arrête. Je n’arrive pas à aligner deux phrases en Bizarro-Langue pour une simple postface. Je ne sais vraiment pas comment les créateurs de cet excellent comic book que vous tenez entre les mains ont pu façonner une épopée mettant en scène tout un univers à partir d’un concept aussi bateau.
Mais je n’en attendais pas moins de mon ami Geoff JOHNS, un auteur reconnu pour sa narration aussi intelligente qu’élégante, qui rappelle même au lecteur le plus blasé pourquoi les héros et les vilains de l’univers DC ont survécu pendant plus d’un demi-siècle à une culture pop qui glorifiait, puis jetait chaque semaine une nouvelle mode. Geoff y est parvenu, et pas qu’une fois, en dépouillant ses personnages sans la moindre pitié jusqu’à atteindre leur coeur en fusion, puis en les laissant entrer en éruption d’une manière totalement inédite.

Cette fois-ci, son partenaire de spéléo n’est autre que le légendaire Richard DONNER, un réalisateur qui a tourné une des rares scènes qui me fait pleurer rien qu’en la racontant : lorsque, dans Superman – Le Film, un jeune Clark Kent se tient sur la tombe de son père et murmure « Toutes ces choses que je peux faire toute cette puissance et je n’ai même pas été capable de le sauver. » J’ai toujours adoré Superman moins pour ses incroyables pouvoirs que pour son humanité écrasante, un trait admirablement rendu dans les scènes bouleversantes entre Clark et P’pa Kent que Geoff et M. DONNER ont réalisées ici.
Il y a quelques années, j’écrivais une mini-série presque tombée dans l’oubli appelée « The Hood » chez Marvel, et l’encreur du livre était un gamin encore méconnu du nom d’Eric POWELL. Et même si ses embellissements sur les crayonnés de Kyle HOTZ étaient toujours épatants, je n’ai compris qu’en découvrant une petite série de Dark Horse appelée The Goon à quel point j’avais côtoyé un génie. Un génie maléfique et mentalement instable, mais un génie quand même. Pour tous ceux qui n’ont jamais lu l’autre oeuvre maîtresse d’Eric, je vous ordonne de lâcher ce livre et d’aller vous acheter The Goon. Ne vous en faites pas, je suis convaincu que vous reviendrez vers celle-ci après avoir accroché au style unique, à la fois hilarant et inquiétant, d’Eric.
Entre le sans-faute de ce trio, les couleurs naturellement parfaites de Dave STEWART, Bizarro n’ a sans doute jamais été autant choyé par ses créateurs depuis sa première apparition dans notre monde sphérique en 1958, happé par le scénariste Otto BINDER et le dessinateur George PAPP. Moi suis PAS convaincu qu’eux seraient impressionnés par ces pages.

Brian K. VAUGHAN
Février 2008

Brian K. VAUGHAN est un scénariste de renom qui a co-créé Y, Le Dernier Homme, Les Seigneurs de Bagdad, Ex Machina, et Saga. Il a également écrit pour la série TV Lost, la série Runaways chez Marvel et Les Maîtres de  l’Évasion chez Dark Horse.

Retrouvez cette tentative dans le Geoff Johns présente SUPERMAN, tome 2

 

Plus d'articles