En attendant la sortie de la suite de la série Fables en intégrale, BILL WILLINGHAM, scénariste, revient sur ses influences et les différentes personnalités qui ont permis à sa série génialissime, Fables, d’exister.

Qu’est-ce qui définit l’humanité ? Oubliez tous les critères scientifiques absurdes – Homo erectus ?
L’homme marche debout ? Et alors ? L’ours en fait autant. Les singes, les castors, les écureuils, les insectes et les oiseaux aussi. Les pingouins, les émeus et une douzaine d’autres espèces d’oiseaux ont même renoncé à voler pour marcher. Mon chat peut faire un ou deux pas debout (et croyez-moi, il est craquant à voir). Même un lézard peut courir sur deux pattes pour séduire une femelle ou intimider un ennemi. Peut-être nous déplaçons-nous d’un pas plus assuré que l’ours, mais l’aptitude à marcher sur les pattes arrière n’est pas le privilège de l’homme. Non, ce qui nous distingue vraiment des autres animaux, c’est notre capacité infinie à inventer des histoires. Nous racontons des histoires pour vivre, pour aimer, pour progresser et pour tricher. Une maison ne sera pas construite tant que quelqu’un – l’architecte ou le vieux sage du village – n’aura pas fait le récit de sa construction. Et l’architecte n’expose même pas ses projets avant d’avoir entendu le jeune couple, impatient, anxieux et excité, lui raconter l’histoire de la maison dont il rêve. Les histoires se suivent, se complètent et s’imbriquent, ou rien n’est fait.

L’argent n’est pas réel. C’est une histoire que nous partageons entre nous pour nous convaincre qu’il a de la valeur. Une fiction consensuelle. Les lois qui nous gouvernent sont les histoires que nous nous racontons sur le genre d’individus que nous voulons et espérons être. Et nos histoires comptent. Interrompez l’une d’elles en enfreignant l’une de ces lois (l’une des plus fondamentales, juste pour le fun) et vous comprendrez leur importance. Chaque route et chaque pas tout du long commence par une histoire. Et il n’y a pas que le côté pratique de nos vies qui est régi par les récits que nous racontons. Nos fictions nous poussent à entreprendre de grandes choses, des choses qui valent la peine d’être réalisées pour la seule raison qu’il y a de la poésie en nous.

Nous rêvons avant d’agir. Des générations avant le premier pas de l’homme sur la Lune, des conteurs nous avaient déjà emmenés là-bas. Dans un passé lointain, nous inventions des légendes sur d’improbables continents perdus, comme la Lémurie ou Hy-Brazil, puis nous avons pris la mer et nous les avons trouvés. Les histoires précèdent tous nos actes. C’est le trait le plus fondamental de notre nature, et toute tentative de l’ignorer serait vaine.

Je suis narrateur de profession, et c’est un beau métier. Mais je n’ai pas créé seul les contes que vous allez lire. Loin s’en faut. J’ai été rejoint par des hommes et des femmes dotés d’un talent remarquable – si remarquable, en fait, que je suis ému d’en faire la remarque. Mark BUCKINGHAM, Steve LEIALOHA, Craig HAMILTON, P. Craig RUSSELL, Bryan TALBOT, Lan MEDINA, Linda MEDLEY, Danny VOZZO, Lovern KINDZIERSKI, Todd KLEIN, Aron WIESENFELD et James JEAN – chacun a travaillé sur une ou plusieurs histoires de ce volume (Fables intégrale tome 2). Brillants conteurs, ils ont tous été mes complices pour inventer de gros mensonges sur un groupe de personnages qui sont des légendes vivantes – des mythes incarnés. Nous allons les voir suer sang et eau pour trouver le grand amour, accomplir des actes héroïques et fomenter de terribles trahisons. À nous de choisir notre camp et de partager leurs combats et leurs complots.

Et au passage, n’oublions pas que ces personnages, bien que faits d’étoffe magique, ne sont pas purement imaginaires. En fait, ils sont aussi réels que vous et moi. Car chacun de nous, qu’il soit fictif ou pas, est membre à part entière de l’espèce Homo fabula – le Peuple Narrateur.

fables-integrale-tome-2

Les fables ne sont plus en sécurité.

Leur ennemi de toujours est en marche.

… et a bien l’intention de conquérir Fableville. Pour défendre leur terre et protéger leur communauté, il leur faudra donc s’unir et se préparer militairement à l’offensive de l’Adversaire et de ses soldats de bois.

Découvrir

Plus d'articles