En Allemagne, il existe une route des légendes. On l’appelle la Route des Contes de Fées. D’après les récits historiques (sachant que même les historiens les plus pointus sont rarement d’accord entre eux), elle recrée l’itinéraire réellement emprunté par les frères Grimm lors de leurs pérégrinations pour recueillir et consigner les légendes populaires ayant fait leur renommée. Parfois, la Route des Contes de Fées déroule ses pittoresques méandres sur des chemins existants, tandis qu’en d’autres lieux, les sentiers originaux ont disparu, et l’itinéraire ne peut être reconstitué que par l’imagination et quelques lignes sur une carte. En tout cas, le périple offre sans cesse des diversions inattendues et gratifiantes.

La Route des Contes de Fées est aujourd’hui un circuit touristique très prisé, dont les Allemands sont fiers, à juste titre, et auquel ils consacrent un budget important pour faire rêver les visiteurs. J’ai eu la chance d’emprunter des segments de cette Route lors des trop brèves années que j’ai passées en Allemagne. Seulement des segments, hélas. Ne disposant que de deux ou trois jours de libres d’affilée, j’ai dû sélectionner des petites parties de ce long trajet. Pour parcourir l’itinéraire complet, il faudrait des mois. Mais je n’en ai pas moins apprécié mes quelques escapades. Toutes les étapes de la célèbre Route des Contes de Fées ont un intérêt propre, et certaines m’ont vraiment fait vivre des moments magiques.

http://www.urban-comics.com/wp-content/uploads/2013/11/fables_img_haut.jpg

Image tirée de Fables 10

Voilà qui nous amène au sujet de cette postface. En vertu du droit à la métaphore conféré depuis toujours aux conteurs, je propose de faire de la série FABLES une route semblable à la Route des Contes de Fées allemande, et son égale en termes d’intention et d’ambition, si ce n’est d’envergure. Ces histoires liées entre elles constituent un voyage qui a commencé il y a un peu plus de six ans, lorsque Jack Horner, haletant, a fait irruption dans le bâtiment des Sylves pour signaler un crime terrible. Soixante-quinze épisodes plus tard, nous atteignons l’une des étapes clés de cette route. À l’exception de quelques détours intéressants (l’espérons-nous), chaque épisode de la série a pavé la voie aux événements relatés dans ces pages. Cela vaut bien une petite halte pour faire quelques commentaires, d’où ces lignes.

Mais le voyage ne s’arrête pas là, pour autant. Bien au contraire. Tout comme les pérégrinations des frères Grimm, FABLES va durer des années –peut-être même une vie entière (nous verrons). Il nous reste un long chemin à parcourir avant que notre grande Route des Contes de Fées – morcelée en petites parcelles comme son modèle – ne s’achève. Et, à l’instar de nos distingués prédécesseurs, notre souhait le plus cher est d’entraîner avec nous de nombreux voyageurs dans les années à venir.

http://www.urban-comics.com/wp-content/uploads/2013/11/fables_img_haut2.jpg

Image tirée de Fables tome 12

Certains d’entre vous cheminent à nos côtés depuis plus de six ans. Nous vous en remercions. Votre compagnie est toujours un bonheur. Elle rend plus faciles les parties ardues de la route, et dans les moments de franche rigolade, notre plaisir est décuplé par le fait de le partager avec vous. D’autres n’empruntent la route des Fables que de temps à autre (comme je l’ai fait en Allemagne), sélectionnant des histoires spécifiques qui attirent leur attention. Merci à vous également. Vos visites, aussi brèves soient-elles, sont toujours les bienvenues. Et d’autres encore, pour poursuivre notre métaphore jusqu’au bout, n’ont découvert la route des Fables que récemment et la parcourent petit à petit, soit à leur rythme, soit en accélérant le pas pour rattraper les premiers marcheurs. Merci, et bienvenue. Nous espérons que vous apprécierez la balade, avec ses nombreux tours et détours, autant que nous avons eu (et avons toujours) de plaisir à l’élaborer.

Nous voici donc arrivés au soixante-quinzième épisode. Après une courte pause pour reprendre notre souffle, le moment est venu de repartir, car le chemin est encore long. Comme le dit l’un de mes ménestrels préférés, « La longue route est un arc-en-ciel, et l’or se trouve quelque part au bout ». Vous êtes toujours du voyage ?

Plus d'articles