fbpx

Connu des fans du monde entier, il incarne un tournant dans la carrière de l’homme d’acier. Son nom, annonciateur de catastrophe, signifie « jugement dernier » ! Indestructible et s’adaptant à toute sorte de milieux hostiles, il détruit tout sur son passage.il s’appelle Doomsday.

En 1992, le paysage éditorial est bouleversé par une nouvelle qui en surprend plus d’un : Superman est mort ! L’inaltérable héros, que rien ne semblait pouvoir atteindre, est abattu par un être monstrueux surgi de nulle part. Surnommée « Doomsday », la créature a tracé un sillage de destruction jusqu’à Metropolis, ville dans laquelle le Dernier Fils de Krypton est parvenu à l’arrêter.SUPERMAN EST MORT !

La saga désormais connue sous le titre « La Mort de Superman » est publiée sur l’ensemble des séries consacrée à l’époque au surhomme, et mobilise les efforts de nombreuses équipes, parmi lesquelles Louise SIMONSON et Jon BOGDANOVE, Jerry ORDWAY et Tom GRUMMETT, Roger STERN et Butch GUICE ou encore Dan JURGENS. Ce dernier occupe une place importante dans l’organigramme, puisqu’il réalise le désormais mythique Superman #75, épisode du duel final à l’issue duquel les deux adversaires s’effondrent. Désireux d’illustrer un chapitre entièrement réalisé en pleines pages, JURGENS décrit à cette occasion un affrontement cataclysmique culminant sur la très émouvante vision d’un Superman à terre, sans vie.

Par la suite, le héros, revenu à la vie par le truchement de la science kyrptonienne, est revenu défendre sa cité (à lire dans les deux tomes de La Mort de Superman, collection « DC Essentiels »). Mais de nombreuses questions demeurent sans réponse. Par exemple, qui est en réalité Doomsday ? Quels sont ses véritables pouvoirs ? Et pourquoi entretient-il une évidente animosité envers les ressortissants de Krypton ? Là encore, Dan JURGENS se chargera d’apporter quelques éclaircissements au détour de plusieurs projets. LE RETOUR DU MONSTRE

Après avoir montré le Superman Cyborg projetant Doomsday dans l’espace à l’occasion de Superman #78, daté de juin 1993 (voir La Mort de Superman tome 2), Dan JURGENS s’empare du personnage et donne deux suites à cette mémorable saga. Dans les trois numéros de Superman/ Doosmday: Hunter/Prey, sortis en 1994, le scénariste-dessinateur nous explique comment la créature sans pitié est récupérée par les habitants d’Apokolips, à la solde de Darkseid. Alors que le Superman Cyborg s’immisce dans l’affaire, différents flashback viennent détailler l’origine du monstre : en réalité, il s’agit du cobaye génétiquement modifié d’expériences menées dans un lointain passé par des Kryptoniens en vue de créer un guerrier ultime capable de s’adapter à tous les environnements hostiles. Tué puis recréé en laboratoire, le monstre hérite de la mémoire atavique de ses prédécesseurs, et se souvient des innombrables douleurs qui lui ont été infligées. Devenu assez puissant, il se retourne contre ses créateurs. Grâce à l’intervention du surhomme kryptonien Radiant, les autorités de l’époque parviennent à l’enfermer dans un caisson hermétique, jeté à la surface d’une planète encore jeune. Hélas, cette planète, c’est la Terre et, des dizaines de millénaires plus tard, la créature parvient à s’échapper.

Le récit de JURGENS éclaire les étranges pouvoirs de régénération et d’adaptation du monstre. De même, il explique pourquoi Doomsday s’acharne sur le seul Kryptonien dans son entourage, incarnation des savants qui se sont servis de lui comme cobaye. Dans les trois numéros de Superman: The Doomsday Wars, parus en 1999, Superman doit sauver l’enfant de Lana Lang alors que Doomsday et Brainiac passent à nouveau à l’attaque. Le récit présente un monstre plus dangereux que jamais, puisqu’il est doté de l’intelligence du Collectionneur de Mondes.MENACE LÉGENDAIRE

Doomsday fait ensuite plusieurs apparitions sous des formes diverses, la plus notable étant sa participation à la saga « Reign of Doomsdays », publiée dans Action Comics #900 à #904, en 2011, écrits par le scénariste Paul CORNELL.

À cette occasion, le monstre réapparaît sous la forme du Doomslayer, un clone ayant poursuivi son évolution au point de développer une pensée cohérente. Après les événements de Flashpoint, durant lesquels le voyage temporel de Flash a perturbé l’espace-temps, Doomsday fait son retour dans l’univers de la « Renaissance DC ». Il y est présenté sous la forme d’un croquemitaine destiné à effrayer les enfants. En réalité, il est une création de l’ingénierie kryptonienne, exilé dans la Zone Fantôme car aussi dangereux qu’incontrôlable. Mais la barrière dimensionnelle séparant la Terre de cette dimension de poche est fragilisée, permettant le passage du Général Zod puis de Doomsday lui-même, qui sème à nouveau le chaos sur son sillage (à lire dans Superman-Doomed, collection « DC Renaissance »).

Dans la continuité de la « Renaissance DC », cependant, le monstre dispose d’une nouvelle aptitude, celle de répandre autour de lui des spores qui ont pour effet de détruire les écosystèmes et de contaminer Superman. Ce dernier croit avoir vaincu son adversaire, mais subit progressivement une métamorphose le faisant ressembler à son monstrueux ennemi. Affaibli et dangereux pour les autres, le héros s’exile, laissant la Terre vulnérable à un assaut de Brainiac.

Aujourd’hui, Doomsday revient à nouveau, retrouvant à la fois son apparence d’origine (et notamment la camisole verte supposée contenir sa fureur) et son scénariste fétiche. En effet, Dan JURGENS utilise cette menace titanesque afin de mettre en scène l’union inattendue entre Superman et Lex Luthor, faisant front commun face à la destruction en marche.

 

 

justice-league-rebirth-5
 Justice League rebirth #5

La terreur paralyse les membres de la Ligue de Justice alors que le satellite de l’équipe menace de tomber sur Terre. La rédaction du Daily Planet salue le retour d’une journaliste brillante, Lois Lane, juste à temps alors que Metropolis est fascinée par l’arrivée d’une nouvelle héroïne. L’homme le plus rapide du monde, Flash alias Barry Allen, se retrouve face à deux prétendants au titre de « Kid Flash ». Hal Jordan pensait devoir affronter Sinestro seul. Cependant, face à son ancien mentor, il retrouve les autres membres du Corps des Green Lantern, pour une impressionnante bataille spatiale. (Contient les épisodes US JUSTICE LEAGUE #9 et #10, ACTION COMICS #965 et #966, THE FLASH #9 et #10, HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS #7 et #8)

Découvrir

Plus d'articles