fbpx

Patrick Mc Donald est créateur du strip de presse Earl & Mooch, lauréat de plusieurs Harvey Awards, il revient aujourd’hui sur Sergio Aragonès

Sergio Aragonès est l’un de nos maîtres zen du dessin de presse. Il vit dans l’instant. Il respire. Il s’assoit. Il boit une tasse de café. Il dessine une scène de foule avec deux cents personnages à qui arrivent deux cents gags différents. Sergio fait un avec le monde du dessin. Sergio dessine tout le temps. C’est ce qu’il a toujours voulu faire. Il dessine dans la voiture pendant que sa femme Charlene conduit. C’est comme s’il était sur « pilote automatique».
Je dis ça avec le plus infini respect : seuls les plus talentueux et les dessinateurs vétérans (et les vieux sportifs) en sont capables. Ils sont « en prise ». Ils restent ouverts et laissent le courant agir. L’esprit agit, la main agit… et les dessins apparaissent comme par magie.
Sergio a accumulé une considérable quantité de travail. Et comme lui-même, son dessin vous emporte, chaleureux et drôle. La plupart des dessins de Sergio relèvent de la pantomime, et dans ce métier, moins il y en a, mieux c’est. Réduire, ne laisser que l’essence du gag. Charles Schulz m’a un jour confié qu’il était particulièrement fier d’un gag des Peanuts qui n’avait pas de parole.
Être capable de raconter une blague très drôle en n’utilisant que des dessins, voilà une pure forme de communication, et y parvenir est extrêmement difficile.

Comme les grands comédiens du « muet », Chaplin, Keaton, Tati, Sergio donne l’impression que c’est facile. Son travail nous trompe par sa simplicité. et ce n’est pas un hasard si la plupart des gemmes humoristiques de Sergio sont semées aux bords du magazine MAD. La vie est là. Sur les bords. Ces petits moments simples qui se présentent à nous quand nous sommes suffisamment attentifs pour les remarquer. J’ai fait partie de ces jeunes apprentis dessinateurs qui ont remarqué et aimé les marges de MAD remplies par Sergio. Et qu’elles ont inspirés. Nos cahiers d’écoliers, aux marges bordées par nos premières bandes dessinées, en sont le témoignage admiratif. Le talent de Sergio nous a donné de nombreux dessins, d’innombrables personnages. Mais la plus grande création de Sergio, c’est Sergio. Non pas l’autoportrait dont il fait souvent la caricature, mais l’homme lui-même. L’étincelle dans ses yeux, l’humilité de tout son être, son grand sourire, son accent charmeur, son expressive moustache en forme de signature, la gentillesse de son esprit et de son travail. Sûr de lui et décontracté, Sergio incarne cette vieille maxime de la sagesse zen :

« Quoi ? Moi, m’en faire ? »

Cliquer sur la couverture pour accéder à la preview de Mad Auteur: Sergio Aragonès

mad auteurs sergio aragones

Plus d'articles