A l’occasion de la sortie aujourd’hui des tomes 1 & 2 en librairie, (re)découvrez aujourd’hui la série DMZ!

DMZ, ça raconte quoi?

Dans un futur proche, une nouvelle guerre de sécession éclate aux USA et conduit les autorités à déclarer New York « Zone Démilitarisée » (DMZ). À peine Matty Roth, un photographe stagiaire, pose-t-il le pied sur le sol de cette DMZ que toute son équipe est abattue. Commence pour lui une errance dans les rues dévastées de Manhattan, à la rencontre New Yorkais restés piégés lors de la dernière évacuation…

[pro-player width=’420′ height=’253′ type=’video’]http://www.urban-comics.com/TRAILERS/DMZ.mp4[/pro-player]

Le petit mot d’Azzarello:

« À plus », dit-il, et je pouvais percevoir son dégoût. « Je vais rentrer à Brooklyn avec ces gars. » J’essayais de sourire, même si je suis sûr qu’avec tous mes bleus, le résultat devait être ignoble. « J’avais encore des choses à dire », hoquetais-je en me demandant comment interpréter ces mots, « les gars », ne sachant de quel côté ils se trouvaient et je regardai Brian Wood disparaître avec eux dans la nuit new-yorkaise.
Encore une occasion de ratée, pensais-je, en retournant au bar où j’aimais me retrouver, un bar comme il y en a tant dans une grande ville meurtrie. À une table remplie d’Italiens, je cherchais du regard Ricardo Burchielli, pensant que je pourrais peut-être lui donner mon avis sur l’album qu’il avait fait avec Brian, mais je loupai aussi cette occasion. Pour Riccardo, le petit déjeuner était sacré, et cela faisait donc longtemps qu’il était parti.
Aussi, je quittais ce bar qui était autrefois un must et je me dirigeais vers l’est. Mon assistante était nerveuse, mais vu mon humeur, elle avait toutes les raisons de croire que je partais à la guerre. Ah oui, la guerre… j’essayai d’imaginer New York comme Brian et Riccardo me la montraient dans DMZ. Une ville plongée au cœur dela Seconde Guerre civile américaine. Où, à chaque coin de rue, il y avait une découverte, une histoire, un choc pour le système.
New York, une ville d’une beauté incontrôlable, où foisonnent les iconoclastes, les artistes et les visionnaires qui n’auraient pas imaginé vivre ailleurs, malgré toutes les saloperies qui la souillent. Ceux qui, pleins d’humanité, n’ont pas les moyens d’aller ailleurs et les autres qui, au moindre problème, s’affolent et filent.
Et c’est le long de ces rues, en regardant les lumières derrière les fenêtres, que je compris que Brian et Riccardo n’essayaient pas de me transmettre leur vision ; ils dépeignaient ce qui existait déjà. New York se définit par elle-même. Mettez un Gap à chaque coin de rue, et un Starbucks de l’autre côté, ce sera toujours New York.

Mettez-le à Ground Zero, ça ne changera rien.

L’album DMZ de Brian Wood et Riccardo Burchielli m’a pris au dépourvu. Au coin de Lafayette et Houston, je tombais sur un couple de policiers new-yorkais, mais à ce moment précis, j’avais besoin que ce soit eux les deux auteurs de cet album que vous tenez entre vos mains. Je n’allais pas rater une autre occasion.

« Hé les gars, vous deux, vous faites du beau boulot. Merci. »

Ils me regardèrent comme s’ils se fichaient complètement de ce que je pensais.

Azz   24/03/06

Brian Azzarello est le créateur de LOVELESS et de 100 BULLETS chez DC/Vertigo. Cette dernière série lui a valu de remporter les Harvey et Eisner awards. Il a aussi travaillé sur SUPERMAN, BATMAN et HELLBLAZER. Il vit à Chicago avec sa femme, ses deux chats, sa voiture, son coin-bar et le poids de ses aigreurs sur les épaules.

Enfin pour finir cette longue news, nous avons rencontré il y a quelques semaines R. Burchielli, à Paris, dessinateur de la série, on vous fait partager ce petit moment privilégié!





Plus d'articles